6 lutteurs de la Chikara Pro que vous DEVEZ connaître (Le 5eme va vous étonner !!)13 min de lecture

Chronique initialement postée le 5 juin 2018 par Dallas Pride

Il y a quelques années j’avais fais une chronique assez similaire à celle-ci afin de mettre en avant certains lutteurs de la Chikara, elle n’avait pas franchement marché, mais elle m’avait au moins aidé à faire découvrir certains gros noms de la fédérations à quelques membres de la Nation. Aujourd’hui beaucoup d’eau à coulé sous les ponts et certaines de ces personnes ne luttent même plus à la Chikara.

De plus depuis sa réouverture la fédération fondée par Mike Quackenbush a beaucoup de mal à attirer autant de monde que durant son âge d’or (2009-2012) et c’est pour ça que j’ai eu l’idée de mettre en avant ce format de portraits assez courts accompagnés de matches disponibles sur YouTube afin de transmettre au plus grand nombre ma passion pour cet OVNI dans le monde de la lutte professionnelle.

Si jamais ce format (avec un titre TOTALEMENT putaclic) fonctionne je me ferais un plaisir de parler d’autres lutteurs de la Chikara un peu moins célèbres, comme par exemple Travis Huckabee, Rory Gulak, Solo Darling, Oceana, Merlock etc.

Bref j’espère que ces six portraits vous plairons… et non le cinquième n’a rien d’exceptionnel ! Hormis qu’il s’agit d’un lutteur qui s’est magistralement détruire par les Bludgeon Brothers lors de leur début.

1/ Dasher Hatfield.

Depuis la réouverture de la Chikara et le départ des plus grosses stars de la fédération, Dasher Hatfield est sans contexte MONSIEUR Chikara ! Une valeur sûre, qui n’est peut-être pas le lutteur le plus flamboyant du monde, mais qui est tout de même capable de sortir une bonne prestation contre n’importe quel lutteur. C’est sans doute pour cela que Mike Quackenbush le fait généralement affronter des combattants venus de l’extérieur…. Depuis deux ou trois ans il a donc eu la chance de se frotter à des adversaires aussi prestigieux que Tommaso Ciampa, Moose ou encore Keith Lee.

Après plusieurs années assez laborieuses ou il semblait condamner à truster le milieu de carte avec son personnage de gentil joueur de Baseball, mais en trois ou quatre ans, le moustachu a complètement transcendé son personnage jusqu’à devenir l’archétype même du Babyface, le gentil lutteur que les enfants adorent et qui demandent à ces derniers de bien prendre leurs vitamines avant d’aller au lit !

Son style n’est pas transcendant, il est même plutôt simple et Old-School (et donc en rapport avec son Gimmick), mais il est doté d’une force remarquable et est capable de s’adapter à tous les genres de style. Hatfield n’est donc pas le personnage le plus impressionnant de la Chikara et son style de combat assez simple et épuré risque de dégoûter les plus puristes de la Nation, mais s’est en tout cas un bon gaillard, que l’on a tous envie d’aimer et dont les techniques risquent de vous rappeler celles des Faces des années 80-90… Dasher c’est une bonne bouffée de nostalgie au milieu de cette nouvelle ère ! Dasher c’est la nostalgie qui regarde sereinement vers le futur…

2/ Mark Angelosetti

Comment parler de Dasher Hatfield sans parler de son cousin, le talentueux “Mr. Touchdown” Mark Angelosetti qui a effectué ses débuts au cours de l’année 2013 afin de remplacer Sugar Dunkertown au sein des Throwbacks. Dès lors il commença à montrer toute l’étendue de son talent en jouant à merveille le rôle du faux Face arrogant prêt à tout pour remporter la victoire. Bref un personnage aux antipodes de son équipier (qui comme j’ai pu le dire auparavant est l’archétype même du Babyface des années 1980) qui remportera rapidement la Young Lions Cup en battant ACH et qui redonna même du prestige à cette coupe après le règne fantomatique du pourtant talentueux Tadasuke.

Après cinq années à la Chikara, Mr. Touchdown est passé par tous les camps de la Force, Face, Tweener et Heel… et lors de la storyline des HeXed Men, Angelosetti abandonna son personnage de joueur de football américain pour endosser le rôle d’un l’Enforcer mystique et violent au service de Nazmaldum et de son hôte Ultramantis Black. Si cette période ne dura pas plus de six mois, elle a néanmoins permis aux fans de la Chikara comme moi de voir que le jeune homme était capable de changer son acting et son style de lutte.

Aujourd’hui Mark a remis les crampons et a même remporté le Tag World Grand Prix 2018 avec son cousin Dasher Hatfield. Et à l’image de ce dernier il est devenu l’une des valeurs sûres de la Chikara ce qui lui a permis d’affronter des Guest aussi prestigieux et dangereux que Mister Anderson, Arik Cannon ou encore Matt Riddle qu’il affrontera dans les jours à venir.

Difficile de définir le style de lutte de Mr. Touchdown tant ce dernier est polyvalent. Bien qu’étant assez à l’aise en tant que Brawler, il a également montré qu’il était capable de joueur au lutteur technique et de faire (presque) jeu égal avec des voltigeurs. Pour moi Mark est la définition même du “Total Package” et je suis d’ailleurs assez surprise que la WWE ne se soit jamais intéressée à lui.

3/ Ophidian.

Ceux qui suivent la lutte professionnelle depuis plus de cinq ans se souviennent sans doute de cette vidéo qui montrait deux lutteurs aux Gimmicks d’anciens égyptiens hypnotiser deux autres combattants de la CZW avant de se lancer dans une Battle de Dance. Ce pur moment de Comedy Wrestling est vite devenu virale et a rapidement fait le tour des internets, provocants de vifs débats entres ceux qui comme moi trouvaient ce moment absolument hilarant et ceux qui réduisaient The Osirian Portal à de simples clowns.

Mais en réalité Ophidian est bien plus qu’un simple serpent danseur et hypnotiseur, il est avec Fire Ant, Frightmare et Dasher Hatfield un des vestiges de la deuxième génération de lutteurs sortis du Chikara Performant Center. Nôtre Cobra est avant tout le maître du “Snake Style” un style de lutte hors du commun dont il est le seul utilisateur et qui repose sur l’agilité, la fourberie, la vitesse, la technique et l’imprévisibilité. Ce type de lutte est donc totalement adapté au personnage et au physique du bonhomme.

Ophidian qui a longtemps été associé au “Funky Pharaon” Amasis et qui est désormais au milieu d’une des plus grosses storylines de la Chikara est sans aucun doute l’un de mes lutteurs favoris. Comme Dasher il est capable de s’adapter à n’importe quel lutteur et n’importe quel style et il arrive même à ressortir le meilleur de ces derniers et tout cela en gardant son originalité. C’est entre autre pour ces raisons qu’il est à mon sens l’un des meilleurs lutteurs au monde actuellement, mais également l’un des plus sous-estimés. Car de mémoire je n’ai jamais vu un seul VRAI mauvais match depuis que je suis la Chikara.

Il me semble que j’avais déjà parlé de ce brave gaillard dans ma précédente chronique de ce genre, mais le bougre mérite vraiment d’être connu par le plus de personnes possibles…

4/ Frightmare

Frightmare fait comme vous l’aurez sans doute compris en lisant le portrait précédANT partie de cette deuxième génération dorée de lutteurs formés par Claudio Castagnoli (Cesaro), Chris Hero (Kassius Ohno) et Mike Quackenbush au centre d’entraînement de la Chikara. Et alors qu’à ses débuts, il n’était rien d’autre qu’un mini-sosie d’Hallowicked, ultra-rapide mais également assez botcheur, Frightmare est devenu en quelques années seulement l’un des Heels majeurs de la fédération et la boule d’énergie kinétique la plus dangereuse du monde.

Rapide, imprévisible, hargneux et violent celui qui se fait désormais appeler « The Spear of Nazmaldum » (« La Lance de Nazmaldum ») a montré toute l’étendue de son talent en mettant fin aux carrières d’Amasis, Silver Ant et Soldier Ant en un peu moins de deux ans. Mais s’il est un adversaire redoutable, Frightmare n’est jamais aussi dangereux que lorsqu’il fait équipe avec son mentor et père spirituel Hallowicked. D’abord baptisée INCOHERENCE cette équipe que l’on connaît désormais sous le nom de « Legion of Rot » est sans nul doute la plus crainte et la plus redoutée de toute la Chikara et rares sont ceux qui parviennent à les vaincre en ressortant du ring indemne.

Frightmare c’est comme beaucoup d’autres de ses compères de la Chikara, un lutteur au style unique, qui a gardé son Move Set de base, mais qui n’a jamais cessé de chercher de nouvelles façons de l’utiliser, de l’adapter à son nouveau personnage de Heel ténébreux et incontrôlable, avide de violence et de destruction.

A ses débuts, Frightmare qui est un ancien Young Lion Cup Champion était un voltigeur somme tout assez banal, intéressant, mais pas transcendant pour autant car, pas au niveau des maîtres du genre. Mais forcé de constater que depuis son Heel Turn et son entrée dans l’armée de Nazmaldum, l’homme au masque noir et rouge est devenu à mes yeux l’un des meilleurs lutteurs de la Chikara et l’un des plus intéressants à voir combattre. Chacun de ses combats est un pur moment de lutte et ses matches sont comme Ophidian, souvent les meilleurs de la soirée.

5/ Juan Francisco de Coronado

Il y a environ un an et demi la WWE a signé Soldier Ant (Drew Gulak), Kimber Lee, Heidi Lovelace (Ruby Riott), Trent Seven et Tyler Bates qui étaient de vraies stars et qui détenaient même plusieurs titres au sein de la Chikara. Leurs départs, combinés à ceux d’Eddie Kingston et d’Estonian Thunder Frogs firent beaucoup de mal à la petite fédération de Philadelphie qui due rapidement renouvelé son Main Event afin de ne pas disparaître totalement dans les méandres de la lutte indépendante américaine. Et c’est dans cette situation trouble qu’a émergé un Homme, un vrai, venu de la glorieuse nation équatorienne, je veux évidemment parlé de Juan Francisco de Coronado qui détient le Chikara Grand Championship depuis 429 jours et qui a défendu son titre à onze reprises, contre des adversaires aussi prestigieux qu’Hallowicked, Dasher Hatfield, Rory Gulak, Ophidian et plus récemment Mike Quackenbush ! Cela lui permet donc d’avoir le deuxième plus long règne de l’Histoire de cette ceinture, juste derrière Eddie Kingston qui avait à l’époque bénéficié de la fermeture temporaire de la Chikara pour atteindre les 924 jours de règne.

Si je devais décrire Juan Francisco de Coronado en quelques mots je dirais sans doute : Mini Alberto Del Rio ! Mais c’est beaucoup plus par rapport à son personnage de riche équatorien snob et suffisant que par rapport à son style… Car JFC est beaucoup moins massif, beaucoup moins stiff et beaucoup plus technique que l’ex-compagnon de Paige ! Juan c’est la définition même du Heel Old School, qui a une haute opinion de lui-même, mais qui essaie toujours d’éviter le combat, c’est le fourbe qui est prêt à tout pour faciliter la victoire et arriver à ses fins !

Si au départ j’étais plutôt perplexe face à la montée en puissance du latino (il faut dire qu’il avait mis un terme au premier règne du génialissime Ultramantis Black), je suis désormais totalement conquise par ce qu’il propose et je bénis le ciel de le voir encore à la Chikara. J’ai été séduite par son parcours lors du premier Johnny Kidd Invitational et ses récentes confrontations face à Ophidian et Dasher Hatfield ont confirmés mes bonnes impressions et le fait qu’il est excellent dans son rôle de Top Heel… D’ailleurs je suis curieuse de voir qui sera capable de mettre un terme à son règne et de continuer à défendre le prestige du Grand championship.

6/ Oleg The Usurper
Pour répondre à la question que j’ai moi-même posée un petit peu plus haut, je pense qu’après Juan Francisco de Coronado le titre devrait revenir à Dasher Hatfield pour le remercier d’abord pour son excellent travail et ensuite pour sa fidélité sans faille, ou à Oleg The Usurper afin de continuer à mettre en avant les nouveaux visages de la fédération. Car a mes yeux il ne fait absolument aucun doute que l’usurpateur est l’autre étoile montante de la Chikara ! Son personnage est aussi simple et ridicule que celui du regretté Berzerker, mais à la Wrestle Factory de Philadelphie il est parfaitement à sa place et a même conquis le cœur des fans.

C’est d’ailleurs cet amour inconditionnel des fans qui a sans doute poussé les bookeurs à le séparer de son acolyte Jaka (qui lutte désormais à la Evolve) et à son manager le vil Sidney Bakabella et de le faire tourner Face en le transformant en gentil barbare.

Oleg c’est donc le gentil combattant barbare qui vient sur le ring dans le but de couper la tête de ses adversaires, c’est un Brawler assez agile et intéressant, qui s’il n’a aucune prise vraiment transcendante sait se montrer à la fois dangereux et original ! Et depuis ses débuts à la Chikara, il n’a pas eu de cesse de s’améliorer, afin de ne plus être dépendant de son personnage et de plaire au public pour autres choses que ses cris et son envie de trancher la tête de l’arbitre avec son épée.