AEW VS WWE : le match commence-t-il vraiment maintenant ?11 min de lecture

L’AEW est arrivée de nulle part et a su conquérir des fans très rapidement. Le côté « vraie » lutte a d’abord attiré les fameux smarts mais elle a aussi grossi, grandi et semble être désormais située à un niveau seuil. En face, la WWE a subi un choc historique avec le départ de Vince McMahon et son remplacement par le très respecté et apprécié Triple H. Ainsi, on voit que les deux fédérations sont désormais dans une situation plus frontale et l’époque de l’ignorance par la WWE ou de la petite provocation du trône cassé de l’AEW est révolue. Avec une AEW plus fébrile et une WWE plus offensive sur les recrutements, n’est-ce  pas là les prémisses du véritable affrontement tant évoqué ? En tout cas l’ère de la facilité est terminée pour l’AEW.

 

 

1- La fin de l’état de grâce pour l’AEW

 

L’AEW a été créée le 1er janvier 2019 lorsque Cody, les Bucks et Hangman Page annoncent officiellement le lancement de la fédération sur Twitter. Contrairement à ce qui a été dit parfois, l’AEW a été conçue pour avoir l’ampleur de concurrencer la WWE. CBS Sport indiquera d’ailleurs que c’est « la première société bénéficiant d’un important soutien financier à prendre son élan pour concurrencer la WWE à un niveau majeur depuis près de deux décennies ». L’AEW a été pensée comme une machine de guerre.

 

Lors de sa création, ça été l’état de grâce pour l’AEW. Il n’y avait quasiment aucune mauvaise critique, des lutteurs qui se battaient pour y aller donc un recrutement facile, de l’argent à profusion pour la financer, des deals TV, des nouveautés, des audiences en croissance continue… Bref c’est ce moment magique où tout se passe bien et rien ne peut arrêter l’ascension fulgurante de la nouvelle société à la mode. Ainsi, la période glorieuse 2019/2021 a permis à l’AEW de s’établir, de réaliser de grands coups (CM Punk, Bryan…) et de devenir une fédération relativement solide. On peut souligner le fait que l’AEW a même traversée la crise du COVID sans encombre alors que cet évènement majeur aurait pu mettre à mal ce type de jeune organisation. L’AEW a eu tous les indicateurs au vert et est devenu une fédération d’envergure en peu de temps.  L’exploit est notable.

 

Toutefois, l’AEW arrive à un véritable seuil. Elle a énormément de lutteurs dans son roster, elle a capté toute l’audience « facile » acquise à sa cause mais désormais on est dans le dur. Par exemple, depuis mi 2021, les ratings sont en moyenne à 1 million de téléspectateurs alors qu’en 2019 (hors lancement) ils tournaient à 800 000. Ils ont donc vite eu beaucoup de monde mais par la suite on voit que ça a atteint un plafond, ça stagne. C’est logique car il est plus facile de capter son public de base que d’augmenter par la suite son périmètre de fan base.

 

Pour le roster c’est la même chose. Ils sont partis en 2019 une 60ene de lutteur (76 au 31/12/2019) pour vite recruter, attirer en passant fin 2020 à 136 puis fin 2021 169 et actuellement 182. Et gérer 182 lutteurs c’est autre chose que 60 ! En termes de placement, d’égo, de gestion de caractères, de tensions, on est à un tout autre niveau de complexité. Nous reviendrons plus bas sur la multiplication des conflits internes depuis quelques mois mais le roster pléthorique est une des origines. Le départ de Cody Rhodes, début 2022, a d’ailleurs été un premier choc car c’était l’un des fondateurs et le voir quitter le navire interroge inévitablement. L’AEW ce n’est donc pas le paradis des lutteurs ? Et non c’est une entreprise comme une autre et la gestion de carrière est source de tensions car des choix doivent être faits. La récente histoire sans fin de MJF est une illustration comme une autre de cette situation.

 

L’AEW a magistralement placé ses points et démarré son ascension. Elle a désormais une taille importante avec les ennuis qui vont avec. En revanche, un très gros évènement imprévisible est arrivé chez la concurrence…

 

 

2- Vince et sa vision archaïque c’est terminé

Pour caricaturer, Vince était le passé avec une approche datée qui permettait à l’AEW de ne pas être ni en concurrence directe ni en difficulté. En gros, la WWE c’était pour le grand public qui ne connait rien, avec des lutteurs moyens in ring. L’AEW c’était pour les connaisseurs avec des vrais lutteurs…  En gros… Mais rappelons qu’il a 77 ans le Vince …

 

Même si les choses ne sont pas aussi simplistes, il est vrai que Vince Mc Mahon vivait dans son monde. Pour lui l’AEW c’était, au mieux, au niveau de NXT du gendre. Elle ne méritait même pas qu’on en parle. C’est un peu comme l’ECW d’avant. Vince n’a été piqué que par la WCW de Ted Turner. Grace à cela, l’AEW avait le champ libre aussi bien pour récupérer des lutteurs que des fans. Ça venait tout seul ou presque. Il suffit de dire qu’il n’était pas comme la WWE et ça suffisait en soi. La politique globale de l’AEW reposait sur une simple opposition de vision du métier. Au-delà de la facilité managériale de cela, c’était également une facilité dans la confrontation. Nous ne sommes pas sur le même terrain donc on n’est pas vraiment concurrent… Bon même si personne n’y croit ça reste en façade aisée de demeurer dans ce positionnement.

Comme indiqué, Vince avait 77 ans, il est donc âgée voir défaillant dans son esprit. Il restait rigide et bloqué sur des règles absurdes ou plus adaptées à notre époque (twitch, les noms qui changent ou rétrécissent sans raisons etc). De plus, il n’aimait pas truc ou bidule même si il y avait un potentiel pour le business. Il mettait du stress et des changements intempestifs dans les scripts, dans des story déjà bien calamiteuses. Bref, il était devenu le plus gros problème de la WWE. L’AEW n’avait même pas besoin de s’en mêler au final. Vince faisait très bien le travail de sabordage et se chargeait de saper, petit à petit, le moral et les troupes. Quoi de mieux qu’un vieux dirigeant presque sénile pour détruire sa propre entreprise ? C’est en tout cas ce que pouvait penser Tony Khan et sa bande (car, pour rappel, la partie financière de la WWE indique l’inverse).

 

Mais le vieux Vince nous a créé le meilleur plot twist de l’histoire de la lutte en étant viré de sa fédération. L’ère de l’opposition idéologique comme postulat de recrutement est révolu. Il faudrait aller bien au-delà d’autant que son remplaçant n’a pas la même vision des choses…

 

 

3- HHH = DX, provocation, NXT… une approche plus concurrentielle ?

 

Triple H a amorcé des changements dès sa prise de poste. Hunter c’est un lutteur respecté, apprécié, c’est aussi une autre vision de la lutte mais aussi un ex provocateur de DX. Ce cocktail ne sera pas sans conséquences…

 

Des lutteurs reviennent, l’audience monte, USA Network content… Et cela en à peine quelques semaines. On sent que Triple H n’est pas là pour enfiler des perles ! Il agit. Il y a plusieurs indices montrant que HHH ça change de Vince. On revoit des lutteurs virés (Lumis, Hit Row,  Karrion Kross etc), on a plus de lutte tout en ayant des multi story/feud qui se lancent… On attend LE moment, LE choc qui définit souvent le démarrage d’une nouvelle période. Mais clairement, il se passe quelque chose avec HHH. Alors Drew champion ? Wyatt de retour ? Un autre moment imprévisible ? En tout cas ça va encore beaucoup secouer !

Côté roster, on peut constater que beaucoup de frictions apparaissent au grand jour à l’AEW pile en ce moment… Soit les lutteurs frustrés de l’AEW se lâchent car ils veulent bien bosser avec Hunter (contrairement à Vince), soit le départ de Cody a créé un choc là-bas, soit HHH distille à distance quelque chose. Mais là aussi ça bouge les lignes. On pouvait résumer l’avant HHH à un roster WWE frustré et un roster AEW heureux. Sans être manichéen non plus, on peut ressentir une tendance qui s’inverse. Tony Khan va devoir aller au-delà de son rôle de grand fan de lutte pour conserver ses valeurs sûres, surtout que HHH doit viser les mêmes pour la WWE.

Toujours en lien avec les rosters, HHH c’est NXT. En tout cas, la vrai NXT. Donc il a déjà montré ce qu’il voulait et ça plaisait à beaucoup de lutteurs. On l’a maintes fois évoqué lors des passages en main roster de stars NXT. La vision de HHH plait aux lutteurs et c’est un attrait important pour recruter. De plus, il a créé un réseau important avec NXT et ce même si certains lutteurs sont désormais à l’AEW. Même indirectement avec des anciens NXT qui ont pu transmettre à d’autres lutteurs leurs ressentis positifs de travailler avec Hunter. Là aussi comme toute entreprise, une bonne réputation du boss, des conditions de travail ça joue dans le choix d’y aller ou non. Triple H a une culture de la lutte qui ne se limite pas à la WWE et cette connaissance le rend plus pertinent au poste.

Enfin, rappelons que Triple H est un ex provocateur, plutôt offensif dans ces attaques. Pour ceux qui n’ont pas connu, il a quand même essayé d’entrer en jeep avec un canon dans la WCW… En dehors de cette action coup de poing, Hunter est véritablement né avec DX, un gang qui était la provocation même. Il a beau être le Hunter rangé et business man, au fond de lui il lui reste cette tendance à titiller l’autre. Et si on lui tend des perches côté AEW, il ne restera pas aussi stoïque que Vince.

 

Hunter est le facteur X de la WWE actuellement. Mais il aura aussi ses défauts, il fera aussi des erreurs. Ne cherchons pas la perfection mais plutôt le renouveau d’une WWE moribonde qui avait besoin de ce nouvel élan. De son côté l’AEW devra s’adapter à ce changement d’adversaire.

 

 

 

Nous allons assister à une nouvelle ère et c’est très enthousiasmant pour tout fan de lutte. Entre le départ historique de Vince Mc Mahon et la concurrence réelle de l’AEW, peut être que la véritable guerre tant teasée va démarrer. Rappelons que les plus grandes audiences dans la lutte ont eu lieu pendant la guerre WCW/WWE. Il est certain que pour l’AEW ils vont devoir se battre davantage face à HHH que face à Vince qui les ignoraient plus ou moins. Les prémices de l’opposition se ressentent mais la question va demeurer : est-ce que ça sera une bonne ou une mauvaise chose ? Les surprises seront là c’est certain mais les dérapages, excès sont aussi possibles comme pendant l’ère attitude. Prudence donc mais nous avons devant nous des grands moments et ça c’est motivant !