Coffre aux mystères de la lutte : NWA Chi-Town Rumble 198911 min de lecture

Michael P.S. Hayes vs Russian Assassin 1

Mon intérêt n’y est pas pour ce combat d’ouverture. D’abord parce que Michael Hayes était un excellent entertainer, mais un lutteur franchement ordinaire. Également parce que tout ce qui touche aux Russian Assassins est mauvais. Voilà l’exemple parfait d’un mauvais opener, parce que Hayes a bien beau être populaire, il n’excite personne sur le ring, certainement dans un combat de 15 minutes qui aurait mérité d’en durer 5. C’est le festival des spots de base mollassons et des prises de soumission interminables. Pour notre salut à tous, Hayes surprend le Russian Assassin avec un DDT pour la victoire.

Note: QUELLE PURGE! La meilleure partie du combat est quand il se termine. *¼.

Sting vs Butch Reed

Sting fait vraiment des montagnes russes dans la carte, ce soir il retourne en opener, conre Butch Reed. Reed a été un lutteur avec un très grand avenir à cette époque et a été un heel midcard important pour la WWF. Sauf que ses problèmes d’attitude l’ont empêché d’élever son statut et il s’est retrouvé à la NWA par la suite où il trouvera sa niche en équipe avec Ron Simmons aka Faarooq. Reed était un lutteur assez ordinaire, mais avec une certaine présence et un bon charisme. Le combat n’est pas mauvais, mais certainement pas du tout marquant. Le problème est que Reed est incapable de garder le combat dynamique et n’entre pas dans des séquences intéressantes contre Sting qui semblait capable de tout faire à l’époque. Reed se contente de deux prises de soumission interminables comme highlight durant son contrôle du combat. Il tente un pin avec les mains qui tiennent les cordes, l’arbitre le voit et kick ses bras et Sting le surprend avec un sunset flip pour la victoire.

Note: Très bof ce combat et surtout, Reed est très bof contre un excellent adversaire. J’y vais avec *¾ parce que bien honnêtement je me suis fait chier, malgré quelques beaux spots de Sting.

Losers Leave Town Match
Jack Victory, Randy Rose et Paul E. Dangerously vs The Midnight Express et Jim Cornette

Bon alors, pas trop difficile de savoir qui va perdre ce combat. Randy Rose était un lutteur tout à fait ordinaire, Jack Victory est un Russian Assassin (DOnc un mauvais lutteur), qui a eu à remplacer Dennis Condrey à la va-vite puisque Dennis COndrey a quitté brusquement la NWA. Contre le Midnight Express cependant, tout le monde a le potentiel de faire un bon combat. Eh bien, bon petit combat en effet, très divertissant et sans trop de temps mort. C’est un combat fait pour divertir la foule le plus possible avec évidemment comme attrait principal, le fait que Paul E. et Cornette se feront face sur le ring. LEs deux hommes ne sont pas dégueulasses du tout sur le ring et c’est clairement un plus. C’est un combat assez vite organisé et j’avoue respecter un peu plus Randy ROse après ce combat où il fait littéralement tout le boulot, alors que Victory n’apparaît pratiquement dans sur le ring alors qu’on le vend comme un monstre. Alors que Victory et Rose entre en collision un contre l’autre, le Midnight Express envoi Rose dans les cordes pour le DOUBLE FLAPJACK pour la victoire.

Note: Petit combat pas trop complexe, bien mené par le Midnight Express et Randy Rose. Cornette et Heyman rendent le tout plus attrayant avec des présences convaincantes. **¼

NWA World Television Championship
Rick Steiner (C) vs Mike Rotundo

Rematch de Starrcade et je vais vous avouer que ça m’enchante bien. Steiner et Rotundo, deux lutteurs honnêtes que je n’ai jamais vraiment appréciés ont offert ce que je considère comme leur meilleur combat solo lors de Starrcade. La fin bien chaotique, rend le rematch logique. Je vais vous avouer que celui-là m’a franchement déçu. C’est probablement le meilleur combat de la soirée à ce stade de la soirée, mais il n’y a pas la moitié de l’intensité de leur premier affrontement. C’est trop lent, c’est trop minutieux et ce n’est pas le genre de combat qui fait bien paraître Steiner. Steiner est aussi un peu mou, râte 2 spots faciles et Rotundo manque de chien quand il est en contrôle. Le résultat est correct, mais dans ce cas-là, correct est très décevant. Kevin Sullivan intervient en prenant un micro pour dire à Steiner qu’il a un très beau chien en coulisses et que ce serait dommage que quelque chose lui arrive. Sullivan quitte et Steiner perd ses moyens, reprend le contrôle, mais sans réfléchir, fait un SLEEPER HOLD à Rotundo au sol, sauf que les épaules de Steiner touche au tapis et l’arbitre fait le tombé. Rotundo reprend son titre!

Note: Un gros bof. Les deux lutteurs ont une bonne chimie, mais cette fois le résultat n’atteint pas les attentes. Un combat plus minutieux et plus technique n’est pas toujours la bonne solution. La fin est quand même acceptable considérant la gimmick d’idiot de Steiner cependant. **½.

NWA United States Championship
Barry Windham (C) vs Lex Luger

J’ai parlé en masse de Windham et de Luger dans mes reviews de la NWA, je ne tiens pas Luger dans mon coeur pour son talent limité et WIndham tarde à offrir un combat vraiment digne de mention depuis ses débuts. Ce combat ne m’emballe donc pas énormément, mais il est logique.

Cependant et à mon agréable surprise, on a ici un combat assez solide. Luger est très bien booké, au lieu de contrôler des parties de combat tout croches, Luger sort tout son arsenal en début de combat et laisse ensuite Windham faire. Windham, qui est parfois assez mollasson se débrouille quand même bien et donne un peu de rythme au combat. L’élément le plus intéressant et de loin, est que WIndham vend une blessure à une main qu’il a après avoir frappé violemment le poteau. Élément intéressant car on voit rarement un heel avoir une partie du corps vulnérable dans un combat. Cet élément de psychologie donne un intérêt supplémentaire à un bon combat dans l’ensemble. Windham tente un BACK SUPLEX AVEC BRIDGE, sauf que les épaules de Windham touche au tapis et Luger lève son épaule gauche à temps et le compte de trois se fait! Luger devient champion U.S!

Note: Une autre fin controversée, un peu bâclé, dans un bon combat dans l’ensemble. Windham livre enfin la marchandise sur le ring et il le fait contre Lex Luger, ce qui est surprenant. **¾ pour ma part.

NWA World Tag Team Championship
The Road Warriors (C) vs The Varsity Club

Combat logique ici, puisque le Varsity Club est en plein ascension. Quatre gros bonhommes dans le ring et je pense que Williams et à la limite Sullivan ont ce qu’il faut pour tirer le meilleur des champions qui en passant, sont redevenus face, puisque la foule était de toute façon derrière eux. Étonnament, on a ici le combat le plus rythmé de la soirée et ce pour deux raisons, d’abord c’est un combat très court, d`à peine plus de dix minutes. L’autre raison et la plus importante, c’est Steve Williams. Il fait tout le travail ici, lutte à peu près 90% du temps dans le ring et fait un travail formidable au niveau de la technique, du selling et du brawling. Il vaut une étoile à lui seul dans ce combat alors que Sullivan est souvent sloppy et vend très mal les power moves des Road Warriors. Ça finit comme les deux derniers combats en queue de poisson quand Hawk fait un DIVING LARIAT de la troisième corde sur Sullivan alors qu’au même moment Williams tackle Animal derrière le genou. Les deux lutteurs font le pin au même moment et obtiennent la victoire, sauf que Sullivan était l’homme légal et les Road Warriors sont encore champions!

Note: Encore une drôle de fin! C’était un beau petit combat, mais trop court et pourtant, ça s’enlignait comme le meilleur combat de la soirée. **½

Main Event
NWA World Heavyweight Championship
Ric Flair (C) vs Ricky Steamboat

Oh que j’ai hâte. Les combats entre Steamboat et Flair ont une belle réputation et faut dire, les styles se complètent parfaitement. Deux bon techniciens, deux bon seller, deux lutteurs parfaitement capable de raconter une histoire. Steamboat était déjà un gros morceau de la NWA avant son départ pour la WWF, mais à son retour chez Jim Crockett, Steamboat a immédiatement été lancé dans une rivalité contre Ric Flair, qui arrivait à point puisque Luger n’était plus du title picture. J’adore quand un Main Event d’un gala présente les deux meilleurs lutteurs de la fédération et on a absolument le meilleur exemple ici, Flair et Savage avec probablement Randy Savage dans la liste étaient les meilleurs lutteurs en Amérique du Nord à ce moment.

On a ici un combat vraiment splendide et sans bavure. Si j’avais à donner des exemples d’un combat de lutte fait à la perfection, j’aurais ce combat dans ma liste certainement. On a de tout ici et pour l’époque, c’était quand même rare. Un brawling hyper intense, de la technique impressionnante et de la haute voltige dirigé par RickY Steamboat qui ici, donne vraiment tout un spectacle. On a vraiment le sentiment de Steamboat contrôle parfaitement le ring et il se permet quelques séquences de lutte qui ferait rougir même les meilleurs lutteurs d’aujourd’hui. Le combat est d’une excellente durée et est assez bien montée, même si il y a un léger creux avant le crescendo final qui lui, offre une multitude de near falls. Finalement, Stemboat fait son TOP ROPE CROSSBODY sur Flair, mais frappe l’arbitre du même coup. Steamboat monte sur la troisième corde et tente un autre CROSSBODY, mais Flair évite et tente le FIGURE 4, sauf que Steamboat le surprend avec un petit paquet pour le compte de trois. Steamboat devient le nouveau champion du monde.

Note: Quel combat! Probablement le meilleur combat de la NWA depuis le premier Starrcade. J’ai rarement vu deux lutteurs avec une aussi bonne chimie entre eux et le meilleur, c’est qu’il va y en avoir d’autres! Combat splendide et le meilleur de la lutte de l’époque. ****

Note globale: Je recommanderais Chi-Town Rumble pour le Main Event à lui seul honnêtement et ce même si le reste de la carte est un peu décevant. La répétition des finishers controversés alourdit un peu le gala, mais outre les deux premiers combats de la carte, on a ici un gala tout à fait respectable qui a le luxe d’avoir un des meilleurs combats des années 80 en Main-Event.