Coffre aux mystères de la lutte : WCW Great American Bash 199015 min de lecture

Buddy Landel vs Flyin’ Brian¸


Un véritable Dieu Grec
J’ai bien hâte à ce combat, puisque je suis un gros fan des deux lutteurs. J’ai vu mon premier combat de Buddy Landel en faisant des reviews sur ce suite et j’ai été tellement impressionné de Landel dans son combat contre Terry Taylor, que j’ai un peu plus exploré le lutteur. Landel fait partie des plus beaux potentiels gâchés de la lutte à mon avis, un excellent lutteur, très fluide, technique et un bon brawler avec une sacrée gueule et du charisme. Son attitude par contre, a toujours été merdique et il est mort récemment dans un oubli presque total. Contre Flyin’ Brian, qui est à mon sens, probablement dans le top 3 des lutteurs les plus talentueux du roster de l’époque, on pourrait avoir un excellent opener.

Bon petit combat d’ouverture d’un peu moins de 10 minutes entre les deux hommes. Landel paraît très bien et on le book de sorte à mettre en évidence ses forces, c’est-à-dire en le laissant jouer avec la foule au départ et en lui donnant bonne séquence de domination dynamique. C’est trop court au final et Landel est mou sur certains spots, mais pour bien allumer la foule, Bryan et Landel font un excellent boulot. Landel pense avoir évité un CORSSBODY de Brian, sauf que ce dernier monte sur la troisième corde pendant qu’il joue avec la foule et lui fait un TOP ROPE CROSSBODY pour la victoire.

Note: **½ pour un opener limité par le temps, mais très divertissant.

The Iron Sheik vs Captain Mike Rotunda

Combat honnêtement sans grand intérêt. Je n’ai pas revu le Sheik depuis sa défaite express contre Sting un an plus tôt, mais il était un simple lowcard faire valoir de la WCW à l’époque et la fédération tentait de garder Rotunda crédible. Faut dire que le Sheik était déjà au bout du rouleau à l’époque niveau in ring.

Quel combat inutile! Tant qu’à mettre un combat de 7 minutes bidon, aussi en allonger d’autres. The Sheik domine environ 90% du combat, c’est donc qui donne le rythme au combat, mais il est tellement lent, ackward sur le ring et dans une forme physique merdique, qu’on se demande parfois s’il contrôle le combat où il se fait malmener par son cardio. Rotunda ne paraît même pas bien, même si c’est lui qui doit être over entre les deux. La foule est morte et ce malgré le fait que le Sheik fait une dizaine de poses plastiques à la minute. Rotunda surprend le Sheik avec un CRUCIFIX PIN pour la victoire mais il doit prendre 20 secondes pour appliquer tellement le Sheik semble incapable de se mouvoir.

Note: Triste combat à mettre dans un PPV de cet envergure. *

Doug Furnas vs Dutch Mandell

Dutch Mandell alias Zeb Colter était un lutteur tout à fait correcte même encore à l’époque. Bon brawler, bon tehcnicien, charismatique, Mandell était le genre de lutteur qui pouvait aller dans un territoire et se faire un nom rapidement. Par contre, en 1990, son temps était passé et il était un enhancement talent à ce point. Doug Furnas sur ce qui la WCW fondait beaucoup d’espoir était un ancien homme fort devenu lutteur. Furnas avec le temps est devenu un sacré lutteur, mais il avait la charisme d’une huître. Il a fait la WCW, ECW et la WWF (L’équipe de Furnas et Lafon). Mais son gros succès sera au Japon,comme plusieurs américains talentueux, mais pas trop charismatiques de l’époque.

Le gros problème de ce combat est Doug Furnas, pas ce que c’est un mauvais lutteur et il allait avec le temps devenir très solide. Le problème, c’est que Furnas est extrêmement agile et rapide et le montre constamment, par contre, il est incapable de construire le combat et d’avoir le bon timing pour aller chercher la foule. Il semble simplement vouloir montrer qu’il est rapide et fort, sans rien amener au combat. La partie le plus intéressante est quand Mandell domine le combat, mais encore -là, c’est de la base. Furnas n’a aucune connection avec la foule et ennuie même en aillant un moveset excitant. Furnas surprend Mandell avec un SNAP BELLY TO BELLY SUPLEX pour la victoire.

Note: Pas très intéressant et Furnas a montré qu’il était encore TRÈS green et Mandell n’a pas pu faire de miracle. *½

Harley Race vs Tommy Rich

Dernier combat télévisé de Harley Race avant sa retraite. Par contre, le niveau y était très moyennement et Tommy Rich n’était plus au sommet de sa forme. On a clairement un combat de remerciement à Race pour sa grande carrière et d’un côté, c’est tout à fait honorable.

Par contre, c’est pas du grand art et heureusement que c’est court. Race est hyper lent et pas top pour le selling alors que Rich veut faire de son mieux, mais n’a AUCUN arsenal de prise pour avoir la foule de son côté. C’est un combat un peu triste et assez chiant, mais ça a le charme d’être le dernier vrai combat d’une légende. Tommy Rich monte sur la troisième corde pour un CROSSBODY, mais Race roule par en arrière su r l’impact et fait le tombé.

Note: Rien de bien folichon ni de très intéressant. Action molle, pas de construction, aucun moment avec de l’impact. Le parfait combat à jeter aux poubelles. *

NWA United States Tag Team Championship
Midnight Express vs Southern Boys

Est-ce que le Midnight Express va encore voler le show ce soir, ça se pourrait bien! Les Southern boys sont composés de Steve Armstrong, un des nombreux frères de la célèbre famille, lutteur tout à fait correct, mais avec rien de spécial et Tracy Smothers, que j’ai toujours beaucoup aimé et qui a eu une grande notoriété par la suite à la ECW. Smothers était un brawler intelligent et un technicien de qualité, qui n’en faisait jamais trop, mais avait toujours ce qu’il fallait pour se démarquer en plus d’être très charismatique.

C’est probablement le meilleur combat par équipe que j’ai vu depuis longtemps en termes de rythme. Souvent, les Midnight Express sorte un bon combat d’une équipe correcte, mais ici, ils ont de bons lutteurs et donnent tout un spectacle. Au départ, la foule ne connaît pas les Southern Boys et est de glace devant leurs offensives, mais le combat prend une tournure hyper rythmée après environ 5 minutes et la foule ensuite MANGE dans la main des Southern boys qui sont devenus en 5 minutes les lutteurs les plus over de la carte. Des mouvements par équipes innovateurs, une belle chimie et un bon travail avec la foule est tout ce qu’il faut pour être over. Les styles sont simplement parfaits les uns pour les autres ici et ça passe beaucoup trop vite! Le Midnight Express est devenu mon équipe préférée parce qu’il ont toujours rendu ce qu’ils faisaient intéressants, pour les grandes ou les petites choses et ici, c’est une splendide performance. Armstrong va dans les cordes, Lane donne un ENZIGUIRI du ring apron et Beautiful Bobby le surprend avec un PETIT PAQUET pour la victoire!

Note: Splendide combat, peut-être trop court. ***½, j’aimerais voir un rematch.

Big Van Vader vs The Z-Man


Jouissif!

Ce combat sera bon même si c’est un squash parce que un: Il y a Vader et c’est mon big man préféré, parce que c’était une brute, qu’il était stiff, un bon brawler, agile et qu’il pouvait faire 40 minutes de combat et être encore intéressant. Mais la raison ultime, c’est qu’il va squasher ce foutu Z-MAN overhyped et inintéressant.
Ça dure deux minutes, le Z-Man se fait bardasser d’un bord et de l’autre et j’adore ça. Vader finit ça avec un SPLASH pour la victoire.

Note: *, au lieu d’un DUD.

Fabulous Freebirds vs Steiner Brothers

Pour une raison que j’ignore, les Freebirds sont habillés comme deux folles ce soir. On a ici une équipe sur le déclin, les Freebirds, contre l’équipe la plus populaire et possiblement la plus talentueuse avec le Midnight Express. La question est de savoir quel genre de Freebirds on aura ce soir, ceux qui ont sortit le meilleur combat des Dynamic Dudes ou ceux qui ont ennuyé contre le Rock N ROll Express.


Ok…
On a pas un mauvais combat ici, mais certainement rien d’exceptionnel et c’est dommage. L’accoutrement des Freebirds semble prendre le dessus sur le combat lui-même et contre des adversaires talentueux comme les Steiners c’est bien dommage. Les Freebirds jouent constamment avec la foule, arrête l’action souvent pour jouer leur gimmick alors que le combat peine pendant près de 10 minutes à démarrer. Ensuite, les Freebirds ont un arsenal de prise tellement limité comparé aux Steiners, que leur phase de domination, quoi que correctement montée, demeure ennuyante. Les Freebirds ont donc fait très vieillot durant ce Great American Bash. Cependant, le combat demeure passablement divertissant. Alors que Garvin fait un DDT sur Scott Steiner et tente le pin, l’arbitre lui indique qu’il n’est pas l’homme légal pour le pin. Pendant que l’arbitre a le dos tourné, Rick Steiner fait un OVERHEAD BELLY TO BELLY SUPLEX sur Hayes et couche son frère sur ce dernier pour le pin et la victoire.

Note: Trop d’interactions avec la foule, pas assez de lutte. Quand ça luttait, c’était bon par contre. **

El Gigante, Junkard Dog et Paul Orndorff vs Barry Windham, Arn Anderson et Sid Vicious

Je m’attends au pire… Honnêtement. Windham et Anderson sont deux très bon lutteurs, mais le reste… El Gigante a toujours été une attraction plus qu’un lutteur. Outre sa grandeur impressionnante, le mec était simplement un très mauvais lutteur qui faisait passer le Great Khali pour un technicien. Orndorff fut un lutteur potable en son temps, mais il est clairement ici au bout du rouleau et Junkard Dog a toujours été très très mauvais.

L’instinct parfois, ne trompe pas. On a ici un combat franchement pas ragoûtant. La grosse histoire est que ce sont les débuts de Gigante, qui avec sa seule carrure, est immensément over avec la foule. TOUT LE MONDE veut le voir dans le ring et on tease ce moment tout le long du combat. Par contre, les Horsemen eux, ne veulent pas monter dans le ring contre Gigante et l’évite tout le combat et je dis bien TOUT le combat! On est donc limité à Orndorff et Junkyard dans le ring et c’est vraiment pas un grand spectacle et ça manque vraiment d’inspiration. Le combat se termine quand Gigante pousse les Horsemen hors du ring et les heels se sauvent! La foule ne hue pas parce que les heels s’enfuient, mais bien pour cette fin de merde!

Note: dans le genre complètement oubliable et pas intéressant une seconde, ce combat fait fort. Booking horrible à noter également. *¼

NWA United States Championship
Lex Luger (C) vs Mean Mark

Incroyable de voir que Mean Mark alias Undertaker, tout juste avant son départ vers la WWF, commençait à devenir un morceau important de la WCW de l’époque avec un important title shot dans un PPV d’envergure. Par contre, avec un Mean Mark green et un Lex Luger qui paraît bien contre des BONS lutteurs, faut pas s’attendre à un 5 étoiles ici.

Je ne dirai pas que c’est mauvais, mais je dirai sans l’ombre d’un doute qu’il n’y a rien d’intéressant dans ce combat. Avec un Undertaker expérimenté, Luger et Mean mark aurait pu donner un bon combat. Mean Mark est simplement trop green et pas prêt du tout pour un combat d’abord aussi long et ensuite d’une telle envergure. Il est mou, termine mal ses séquences, semble hyper nerveux et c’est Luger qui paraît bien au final. Les offensives sont absolument primaires et le combat n’a aucun véritable rythme.Ce n’est pas nécessairement ennuyant, mais certainement pas quelque chose de marquant. Le moment le plus intéressant du combat est sans aucun doute quand Luger enferme Mark dans son TORTURE RACK. Sauf que l’arbitre est knocké et Paul E. Dangerously (Paul Heyman) arrive dans le ring et frappe Luger avec son cellulaire (Le cellulaire de l’époque étant tellement gros, oui c’était une arme) sauf que Mean Mark n’obtient que le compte de 2. Dangerously va sur le ring apron pour la diversion, Luger le tacle et surprend Mean Mark avec une CLOTHESLINE pour la victoire!

Note: Fin assez merdique d’un combat bien ordinaire au départ. Ce combat n’aurait jamais pu être bon avec les éléments mis en place et l’exécution était faible. *½

NWA World Tag Team Championship
Doom (C) vs RocK N ROll Express

L’Express sont l’équipe parfaite et logique pour bien solidifier Doom comme équipe dominante. Une équipe faisant bien paraître leurs adversaires et bien capable de s’adapter à différents styles. J’ai donc d’assez hautes attentes ici.

Malheureusement, pas que le combat soit mauvais, mais il n’y a vraiment pas grands choses à retirer de ce combat. Au niveau de l’exécution, je n’ai rien à dire, le combat est classique et sans bavure, par contre, ça n’est pas très intéressant. Le style du Rock n Roll Express fait extrêmement vieillot et comparé à une équipe comme les Southern Boys, le Rock N Roll Express n’a rien d’autres à offrir que des dropkick. Doom vole la vedette aux face ici, sortant des prises de force et des stratégies de heel intéressantes avec Simmons et Reed qui maîtrisaient parfaitement leur style, définitivement l’équipe de l’heure de l’époque à la WCW. Le construction du combat avec les underdogs étaient définitivement intéressantes, construction typique du Rock N Roll Express avec un long build up vers le hot tag. DOmmage que ça manque autant de piquant! Alors que Teddy Long est tombé dans le ring, Ricky Morton tente de le frapper, mais Butch Reed monte sur la troisième corde et le surprend avec un TOP ROPE SHOULDERBLOCK pour la victoire!

Note: **¼, bon combat, bien monté, mais ça manquait de folie et d’intensité.

Main Event
NWA World Heavyweight CHampionship
Ric Flair (C) vs Sting

Pas de disqualification dans ce combat! Orndorff, Junkard Dog et El Gigante sont là pour surveiller les Horsemen. Je n’ai jamais été un grand fan des combats Sting vs Flair, mais ce combat a une bonne réputation et est historiquement important puisqu’il fait passer Sting à l’histoire.

C’est un solide Main Event! Pas une grande prouesse technique, ni un grand brawl, c’est simplement un bon combat, rythmé et avec beaucoup d’énergie de la foule. Le problème de ce combat selon moi, est qu’on a booké Sting un peu trop fort. Chaque fois que Flair prend l’avantage, Sting s’en sort en ne sentant tout d’un coup plus du tout les assauts de l’adversaire. Ça marche une fois ou deux, mais au final ça revient trop et l’effet n’y est plus après plus d’une fois. Le combat prend véritablement son envol dans les dix dernières minutes avec un Flair et un Sting très intense et des runs ins et du overbooking bien placé. Sting râte un STINGER SPLASH et Flair tente son mythique FIGURE FOUR, sauf que Sting le surprend avec un PETIT PAQUET pour la victoire.

Note: Bon combat! Meilleur que je pensais, mais le booking de Sting m’a cependant déçu. Ce Main Event offre au moins un bon Main Event, dans un évènement en gros assez décevant. ***

Note finale: Deux véritables bon combats dans une soirée remplit de bouse. GGREAT AMERICAN BASH 1990 est un des shows qui m’a le plus déçu depuis très longtemps. Beaucoup trop de lutteurs n’avaient aucune raison d’apparaître sur cette carte. Le show est également un tremplin pour beaucoup de nouveaux talents, ce qui donne beaucoup trop de combats sans enjeux véritable.