Hideo Itami ou le premier échec de NXT ?9 min de lecture

Chronique écrite par Eleven le 8 juin 2017

Au soir où j’écris cette chronique, nous sommes le 25 Mai 2017. NXT TakeOver Chicago est passé depuis cinq jours et une réflexion a finalement émergé de mon esprit qui pourtant à l’habitude de ne pas pointer le bout de son nez en ce qui concerne la lutte. Effectivement au milieu des Bate Vs. Dunne et des #DIY Vs. AOP a eu lieu un match qui me parait important de souligner l’existence autant pour la qualité du match, qui reste convenable, que pour le symbole que porte celui-ci pour l’un des deux participants. Je parle bien sur d’un certain Kenta Kobayashi, connu à NXT sous le nom d’Hideo Itami, et en ce qui le concerne, je me suis posé la question et est réfléchis longuement dessus :

Hideo Itami est-il le premier gros échec de NXT ?

I Des Débuts pourtant prometteurs

Le 12 Juillet 2014 Kobayashi signe un contrat à la World Wrestling Entertainement, l’ogre de la lutte, que dis-je le monstre qui dévore tout le marché de la lutte. C’est un moment fort de NXT qu’on le veuille ou non. Pourquoi ? C’est simple, NXT n’est alors qu’à l’époque une vulgaire branche de développement comme feu la Florida Championship Wrestling dont l’intérêt est très honnêtement moindre et puis un certain Paul Levesque décide d’en faire son terrain de jeu et l’été 2014 marque un tournant important à NXT puis qu’outre la signature du futur Hideo Itami, la branche floridienne accueille un autre gros nom de la scène indépendant, un certain Finn Balor ainsi que la courte présence d’un certain Willy Mack dont je fais la référence parce que son passage éclair à NXT est probablement la meilleure chose de sa carrière.

Mais revenons en à KENTA, que représente t-il à ce moment précis ? La signature du lutteur nippon à l’instar de Finn Balor apporte une chose qui aujourd’hui est en même temps un point fort et un point faible de NXT : Elle attire l’attention des smarks. Elle montre que la WWE n’oublie pas le circuit indépendant et même s’il faut avouer que cette signature parait totalement suicidaire pour la carrière du nippon, d’abord parce que les lutteurs nippons à ce moment-là n’ont jamais réellement eu une grande place au sein de la compagnie et ensuite parce qu’on le lance dans un projet NXT où il n’y a que peu de star power et d’intérêts, ainsi qu’un manque de confiance évident et non-dissimulé de Vince O’Mac envers le projet de son gendre. NXT reste cependant une très bonne chose pour la WWE qui, au passage, lance un premier grappin vers le marché nippon et s’attaque à ce qui semble être son dernier potentiel rival en ces jours : La New Japan Pro Wrestling.

La seconde génération d’or, celle qui donnera ses couleurs à NXT -là où la première a, à mes yeux, échoué- débarque à NXT et ses débuts, KENTA n’a pas à en rougir c’est l’une des choses dont, je pense, la plupart des fans du NXT de la première heure sauront m’offrir leurs consentements. L’équipe entre Finn Balor et Hideo Itami, c’était à la fois un mark time juste pour la simple idée et aussi un régal pour nos petits yeux. Seulement voilà, le conte de fée ne dure pas et après quelques mois où KENTA tourne autour de la ceinture, le vent tourne et le japonais se blesse peu avant NXT TakeOver : Unstoppable et c’est le début d’une longue galère.

II It’s Hospital Time

Et c’est là que la traversée du désert débute réellement et que le nom de la chronique prend tout son sens puisque d’abord absent pour quelques mois, des complications mène la vie dure à Itami qui passera près d’un an à l’infirmerie à regarder celui avec qui il partageait le ring, Finn Balor, remporter la ceinture et NXT et devenir grand sans lui. Pire, encore même quand la traversée de cet enfer semble finie en Octobre 2016, KENTA se blesse de nouveau à la nuque et se retrouve sur la touche pour presque six mois de plus avant d’enfin revenir sur le ring pour ce que j’espère personnellement, son retour définitif.

Seulement voilà, Hideo Itami sur trois années de carrière à la World Wrestling Entertainement, c’est un an et demi passé sur le bord de touche à regarder NXT évoluer de loin et malheureusement pour lui, le boulevard qu’il y avait à son arrivée est devenu un véritable bouchon qui risque bien de lui porter gravement préjudice. Effectivement, à l’époque ou il avait signé, aucune concurrence n’était à signaler pour lui et Balor. Ils étaient les deux hommes qui étaient presque promis au maint event puisque les Sami Zayn, Adrian Neville et consorts étaient déjà en partance pour le Main Roster mais entre les blessures et son retour, une génération portée par les Samoa Joe, Austin Aries, Bobby Roode et autres grosses signatures de la WWE ont porté NXT a un niveau qui semble rendre la présence d’Itami presque fade.

Pire encore Itami qui portait le rôle presque d’ambassadeur et d’ouverture au marché nippon de la compagnie de Stamford s’est fait prendre le rôle entre temps par un certain Shinsuke Nakamura. Mieux encore, ce dernier aurait reçu les plans qui étaient prévus originellement pour Itami. De là à dire que Nakamura a probablement définitivement enterré les chances d’Itami de s’épanouir à la WWE il n’y a, à ce moment-là, qu’un pas.

III Alors Itami raté ou non ?

Mais voilà alors que tout le monde avait oublié jusqu’à la présence d’Itami au sein de la compagnie américaine. En Avril 2017, le retour s’opère et le japonais revient plus fort que jamais en ayant enfin une chance pour le Titre NXT qui lui échappe depuis trois ans et le 20 Mai 2017 à Chicago, Itami a enfin son combat pour cette ceinture dont je vous invite à aller regarder le match pour connaitre le résultat si jamais vous avez fait l’erreur de ne pas l’avoir fait avant.

Se pose alors cette question sur la globalité de sa carrière aux USA, et plus précisément chez Vince O’Mac, : Itami est-il un échec ?

Il y a plusieurs angles à avoir pour dire qu’Itami est un loupé. Si on prend celui en faveur de l’expansion du marché au Japon, clairement on peut dire qu’Itami est un échec et que c’est, fort heureusement, Nakamura qui a finalement porté la WWE là où elle le souhaitait. Ainsi on peut imaginer que Vince O’Mac et sa vision très business voit clairement Itami comme un raté. Du côté lutte, c’est plus ou moins partagé parce qu’il s’agit avant tout d’une appréciation personnelle par exemple je suis très heureux de voir Kobayashi sur un ring je le trouve toujours très agréable à regarder, même après de nombreux mois d’absence, mais d’un autre côté, j’ai toujours l’idée que sa carrière à la WWE reste un plantage pour l’instant et qu’il a raté l’avenir radieux qui pourtant n’attendait que lui et qui m’a laissé un gout amer au visionnage il y a quelques jours encore.

NXT a eu de nombreux ratés, il suffit de parler de Willy Mack et oui je vais taper dessus jusqu’au bout, mais il faut se rappeler que la branche jaune n’est pas infaillible et fait parfois des erreurs on se souviendra en particulier des Ascensions qui ont complètement raté ce qui aurait pu être l’arrivée des nouveaux LOD et qui maintenant servent de paillasson à toutes les équipes de Smackdown ou d’Alexa Bliss, cantonnée à un rôle de valette et perdante dès qu’on lui offrait une chance à NXT et qui désormais est la première lutteuse à avoir portée à ses hanches les deux ceintures féminines des deux branches du Main Roster.

De quel côté va finir Itami, la question se pose tout comme celle qui se demande si le japonais est bel et bien le premier gros échec de NXT ou non. Tout ce qui semble certain pour l’instant c’est que la WWE a l’air de vouloir au moins rentabiliser la présence d’Itami et après ce match pour le Titre NXT il n’y a pas de doute que le début de heel turn qui attend le lutteur nippon peut signifier autant une renaissance que la fin.

Est-ce que la WWE fait bien d’essayer une dernière fois d’utiliser Hideo Itami ?

Nous verrons bien.