Le Coffre aux Mystères de la lutte: NWA Starrcade 1986 : Night of the Skywalkers21 min de lecture

Tim Horner et Nelson Royal vs The Kernodle Brothers

Aucune idée de qui sont les quatre lutteurs, donc aucune attente. Tim Horner est un lutteur correct, sans look, assez complet. Nelson Royal est un vieux vétéran sur le déclin qui sera d’ailleurs très peu présent dans le match. Même si les Kernodle sont des frères, ils ne ressemblent pas du tout! Don Kernodble est mec bien bâtit et puissant alors que son plus jeune frère Rocky est plus athlétique. Le combat est très court, mais remplit bien son mandat d’opener et offrant plusieurs beaux spots aériens entre Rocky et Tim Horner. C’est l’équivalent d’un spot match, mais dans les années 80 avec aucune construction, mais un désir de divertir la foule. Rocky tente une roulade arrière avec cradle sur Horner pour le pin .

Note: Bon petit combat d’ouverture, pas mauvais du tout, malheureusement un peu court. **

Brad Armstrong vs Georgous Jimmy GArvin

Brad Armstrong est considéré comme le meilleur lutteur de la famille Armstrong, eh oui, bien meilleur que son frère B.G. alias le Roaddog de la WWE! Armstrong était un excellent lutteur technique, un mec charismatique et aura été un poids léger pillier de la NWA et de la WCW. Jimmy Garvin, légende du tag team est ici en solo. Garvin avait un personnage à la Adam Rose et il avait un charisme fou. Il allait atteindre sa pleine popularité avec les Freebirds quelques années plus tard, un peu trop tard cependant, car son prime avait été largement dépassé à cette époque. Je ne sais pas trop sur quel pied danser avec ce combat. Autant le premier combat était trop court, celui-là paraît trop long, car il atteint la limite de 15 minutes ce qui en fait un match nul. Ce qui me dérange, c’est que Armstrong et Garvin, pour remplir le temps, y vont d’un combat ultra technique dans le premier dix minutes, mais un combat technique statique même si techniquement sans bavure. C’est dommage d’endurer tout ça pour finalement avoir droit à un dernier cinq minutes hyper intense. C’est un booking un peu paresseux qu’on a droit ici, clairement.

Note: Je vais y aller avec **, car c’est techniquement impeccable et sans bavure, mais beaucoup trop de prises de soumission au sol.

The Barbarian et Shashka Whatley vs Hector Guerrero et Baron Von Raschke

Les styles clashs dans ce combat! Shaska Whatley a une gimmick d’aristocrate, aucune idée de ce qu’il vaut, alors que le Barbarian est un solide brawler. Guerrero est un lutteur agile, frère de Eddie, surtout dans les mémoires pour avoir été le Gobbledy Gooker. Baron Von Raschke est une légende de la AWA et NWA, un des grands heels des années 70, mais ici il est en fin de carrière et fait office de face. Bon, le combat est très court et très très oubliable. En fait, le combat est l’affaire de Guerrero et du Barbarian qui font un très bon travail en général et note au Barbarian qui impressionne beaucoup par son move set, mais aussi son utilisation parfaite ici, car on veut le montrer comme l’élément supérieur des quatre lutteurs sur le ring. Whatley n’a aucun move set et n’a pas du tout l’air à l’aise sur le ring et Raschke qui semble vieux comme la terre ne fait une présence dans le ring qu’à la toute fin et il ne montre rien de convaincant même si il est le lutteur le plus over avec la foule depuis le début de la soirée! Whatley envoi Rachke dans le coin et tente un STINGER SPLASH, mais Raschke évite et lui fait un ELBOW DROP pour la victoire, ouep…

Note: Barbarian fait un très bon boulot, Guerrero vend bien ses attaques, mais difficile de comprendre la raison d’être d’un tel combat. Raschke et Whatley étaient nuls… *½ pas plus.

NWA United States Tag Team Championship
No DQ Match
The Russians (c) vs The Kansas Jayhawks

Nikita Koloff étant dans le Main Event, Ivan Koloff a maintenant Kruscher Kruschev comme partenaire alias Smash des Demolitions! Les Kansas Jayhawks sont formés de Bobby Jaggers et de… DUTCH MANDELL aka Zeb Colter! Mandell a honnêtement le dos le plus poilu ever! On devrait cependant avoir un bon petit match! Et c’est exactement ce que l’on a ici! Ce que j’aime beaucoup de Koloff et de Mandell, c’est que ce sont deux lutteurs qui y vont beaucoup dans les petits détails qui rendent un affrontement plus crédible, niveau technique, niveau brawling, ils en font toujours un petit peu plus en ajoutant des petites touches. On a un combat hyper rythmé et un bon brawl faut le dire, le seul bémol ici, c’est le minable partenaire de Mandell, un certain Bobby Jaggers qui a un physique très ingrat et qui ne sait que puncher comme un crétin. Heureusement, Jaggers passe peu de temps sur le ring et le match est plus l’affaire des trois autres lutteurs qui offrent un spectacle très honnête. Mandell amène un fouet sur le ring pour faire tomber Koloff de la troisième corde, il poursuit Kruschev en bas du ring qui reprend l’avantage, prend sa chaîne et frappe Jaggers derrière la tête alors qu’il allait dans les cordes, suffit que Koloff fasse le pin pour la victoire.

Note: Bien aimé ce combat, trop court par exemple, mais très bien mené en général. **¼

Indian Strap match
Rick RUde vs Wahoo McDaniel

Encore une fois on a droit à Wahoo McDaniel cette année, lui qui en perd depuis le tout premier Starrcade. Cette fois, le vieux technicien et brawler affronte un Rick Rude tout fringant qui était encore loin d’avoir atteint son plein potentiel. Rick Rude était un total package, physique parfait, charismatique, heel naturel et un lutteur naturel et à l’aise. Rude avait un don de sortir un bon combat de n’importe qui et de sortir de grands matchs avec de bons lutteurs. Bon technicien, bon brawler et assez agile pour son poids, c’était une perle rare et c’est assez triste de savoir que sa carrière a pris fin trop tôt et qu’il soit mort d’un problème cardiaque. On dit que Wahoo McDaniel a fait plus d’une cinquantaine de Strap match dans sa carrière et ça paraît! Le mec connaît tous les petits trucs et les passes pour prendre l’avantage, sauf que le combat n’en reste pas moins décevant, car extrêmement lent. Wahoo n’est plus du tout fringuant et fonctionne sur le pilote automatique et c’est Rude qui s’occupe de rendre ça un peu excitant. Rude monte sur la troisième corde, mais Wahoo tire la corde et le fait flipper au centre du ring, il lui suffit de toucher les trois coins, de chopper le manager de Rude sur l,apron et quand ce dernier frappe Wahoo par derrière, Wahoo s’écrase sur le quatrième coin pour la victoire.

Note: J’ai pas aimé ça vraiment. Très court, pas excitant, Rude semblait muselé par les limites de Wahoo et faut dire qu’en plus, Wahoo gagne le combat avec une fin merdique. *½

NWA Central States Heavyweight Championship
Sam Houston vs Bill Dundee

Je n’ai jamais vu Bill Dundee lutter, mais je n’ai toujours entendu que du bien pour ce lutteur australien. Sam Houston est un high flyer de base, mais un assez bon lutteur, capable d’offrir une excellente performance contre le bon adversaire et c’est un lutteur qui peut facilement aller chercher la foule, ce qui n’est pas donné à tout le monde, j’ai donc bien hâte de voir ce combat. On a ici un bon petit combat, parfaitement exécuté et gérer de bout en bout par DUndee qui s’avère un très solide technicien! On voit clairement durant ce combat que Houston a encore des croûtes à manger, mais que le talent de Dundee cache certains de ses défauts et ce dernier semble honnêtement avoir un style quelques années en avance sur son temps, tellement certains de ses mouvements sont impressionnants. Le défaut principal du combat est la fin, quand Dundee prend une botte de Houston et le frappe directement à la tête devant l’arbitre pour la disquaification.
Note: J’ai bien aimé ce combat! J’en aurais pris pour cinq minutes de plus et la fin est nulle. **½

Hair vs Hair Match
Jimmy Valiant vs Paul Jones

La fin d’une rivalité qui dure depuis trois ans! Valiant est accompagné d’une potiche aux gros 

os et Jones est accompagné de Manny Fernandez (C’est une honte qu’il ne lutte pas ce soir dans un vrai combat). Je m’attends honnêtement au pire, car Jones a toujours offert des DUD chaque année. Fernandez, comme il a été supposément entendu, doit être dans une cage flottant près du ring, ce dernier refuse et tout les face viennent le tabasser pour le convaincre de s’y rendre. C’est la partie la plus intéressante de la chose, car il n’y a rien d’intéressant dans le combat entre Valiant et Jones. Valiant gigote toujours et Jones est hyper mou dans chacun de ses coups et prises. C’est pas long est tant mieux heureusement. Jones utilise par deux fois une arme dans ses pantalons pour prendre l’avantage, Valiant profite du fait qu’il l’échappe la troisième fois pour le frapper dans la gueule et a ensuite le tombé.

Note: DUD, un peu plus compétitif que les autres combat de Jones à Starrcade, mais encore une fois un combat sans aucun intérêt.

Louisville Street Fight
Ronnie Garvin vs Big Bubba Rogers

ROnnie Garvin était celui qui s’est battu déguisé en femme lors de Starrcade 1985. Bon au micro et avec une bonne gueule mais une lutte limitée, il allait connaître ses meilleurs moments quelques années plus tard à la NWA et à la WWF. Big Bubba est notre bon vieux Big BossMan! Il est carrément méconnaissable ici, mais il a toujours le même aplomb. Vous ne vous rappelez peut-être pas du Bossman, mais je l’ai toujours beaucoup aimé personellement, que ce soit en gardien de prison au début des années 90, comme Big Bubba Rogers/Ray Traylor à la WCW ou à son retour comme méchant SWAT à la WWF, il a toujours été un bon brawler qui a donné un bon spectable. J’ai donc de belles attentes pour ce combat! Pour gagner, un pin ou un compte de 10 au sol, comme un last man standing match! On remarque deux choses avec ce combat. D’abord, le Bossman est beaucoup plus gros et gras que durant son prime, il a limite l’air d’un gros lardon. Deuxièmement, notre Bossman est clairement assez green sur le ring et ne fait vraiment pas grand chose. Le combat m’a déçu bien honnêtement, parce que Rogers et Garvin sont beaucoup trop lents et n’offrent aucune intensité pour un combat de la sorte, on est loin d’un combat avec Manny Fernandez, Magnum T.A., Dick Murdoch ou Greg Valentine. Rogers se contente de recevoir la majorité du combat et paraît assez mal, même s’il se permet quelques beaux bumps pour un lutteur de cette corpulence. C’est de plus long, trop long pour ce que les deux hommes ont à nous offrir et qui n’est pas du tout excitant. Garvin réussit son PULLING PILEDRIVER, mais au moment où il se relève, Jim Cornette le manager de Rogers, le frappe directement à la tête avec sa raquette de tennis! Les deux hommes sont donc au sol au compte de 10. L’arbitre dit que le premier debout sera le gagnant. Alors que Garvin est sur le point de se relever, Cornette revient et le frappe derrière le genou. Rogers qui avait attiré l’arbitre, en profite ensuite et se relève pour la victoire.

Note: J’ai bien aimé la fin, mais le combat en tant que tel m’a déçu, c’était terriblement mou pour un brawl. Rogers était trop green pour un tel combat et Garvin n’a pas bien dirigé le combat. Pas plus de *¾

NWA World Television Championship
First Blood Match
Dusty Rhodes (c) vs Tully Blanchard

Beaucoup d’espérance pour ce combat, Tully Blanchard étant un de mes lutteurs préférés, en plus de n’avoir jamais déçu dans un Starrcade jusqu’à présent. N’Étant pas un fan des first Blood Match, j’ai hâte de voir ce qu’ils vont faire avec. Malheureusement, c’est la stipulation qui comble complètement ce combat, un peu trop court d’ailleurs. Le problème est que dans un First Blood Match, on ne va pas faire une clé de bras à l’adversaire, mais bien un punch sur la gueule. On travaille énormément cet aspect en faisant à croire que chaque coup de poing peut faire saigner l’adversaire, ce qui fait qu’aucun punch ne se donne dans les 7 premières minutes, ni de prise. Le bon côté, c’est qu’il y a une splendide psychologie et RHodes et Blanchard vendent le tout à merveille, le mauvais côté, c’est qu’en tant que combat de lutte, c’est pas très passionnant! En faisant une suplex sur Blanchard, les pieds de ce dernier atteigne l’arbitre. Rhodes fait un BIONIC ELBOW et fait saigner Blanchard. L’arbitre étant out, Rhodes tente de le réveiller, mais le manager de Blanchard J.J. Dillon essuie le sang sur Blanchard et lui donne un rouleau de trente sous que Blanchard se sert pour frapper et faire saigner RHodes. L’arbitre se réveille et voit le sang sur Rhodes et fait sonner la cloche, on a un nouveau champion!

Note: Niveau psychologie, c’est fort, mais le combat en lui-même et la stipulation ont complètement limité les deux hommes. C’Était pas ennuyant, mais pas vraiment un combat qui mérite beaucoup notre attention aujourd’hui. Pas plus de **. Une grosse déception pour moi, mais une fin bien pensée, ce qui est très rare.

Scaffold Match
The Midnight Express vs The Road Warriors

Oh les Road Warriors aka la Legion of Doom de la WWF! Moi honnêtement, je n’ai jamais été très fan d’eux, pour la simple et unique raison que c’est une équipe qui ne vendait pas beaucoup les autres équipes et qui a littéralement tout rafler sans véritablement partager le succès avec d’autres équipes, tout le contraire d’une équipe comme les Demolitions ou même leurs adversaires, Le Midnight Express. En tant que lutteur, Hawk et Animal étaient bon, mais pas scintillants non plus. Hawk était un meilleur lutteur,plus agile, alors que Animal se contentait des prises de puissance, ce qu’il faisait très bien quand même, sauf que la qualité de leurs matchs dépendait surtout de leurs adversaires. Les Midnight Express sont désormais beaucoup plus solidifier comme étant l’équipe heel du moment, voyons voir ce que la stipulation leur permettra de faire. Un Scaffold Match pour les curieux, est une structure avec des échafauds installée autour du ring avec une plateforme au centre pour se déplacer. Cette plateforme est à peu près de la hauteur d’une cage de Hell in a Cell et le but du combat est simplement de lancer quelqu’un du haut de la structure, ce qui est complètement débile. Cette fois il faut lancer les l’équipe entière pour gagner. Je ne pense pas que ce combat sera très intéressant, étant donné qu’il n’y a aucun espace de manoeuvre sur la structure, mais qui non seulement étroite, mais n’a pas l’air bien solide (Animal fait tomber une barre de sécurité en grimpant au sommet, ça augure bien!) mais qui sait. Comme je le croyais, on a pas un grand match ici et heureusement qu’Eaton et Condrey sont là, sinon il n’y aurait absolument aucun spot. Le seul attrait est de voir le Midnight Express passé près de tomber pendant presque la totalité du combat. Finalement, après 5 minutes de brawling sans intérêt, les quatre hommes se battent sur les piliers de la structure pour que finalement, les quatre lutteurs s’accrochent sous la plate-forme les bras tendus pour se donner des coups avec les jambes et c’est là, sans surprise que les deux lutteurs du Midnight Express tombent.

Note: Bon… Je me suis fait chier, mais j’ai quand même trouvé que le Midnight Express a fait ce qu’il a pu avec une sorte de combat vraiment ennuyante. Je vais donner un *½ par respect et aussi pour le courage des quatre lutteurs qui sont montés dans la structure.

NWA World Tag Team Championship
Minnesota Wrecking Crew vs The Rock N Roll Express

MWC est formé de Arn Anderson et de Ole Anderson. Ce dernier étant clairement en fin de carrière alors que Arn solidifiait son statut dans le midcard. Ole était déjà peu excitant, l’âge ne l’aide pas tandis que le Rock N ROll Express sont des lutteurs qui tiennent souvent des rythmes très rapides, le clash risque de faire un peu mal. Bon alors, je suis entre deux chaises pour ce combat. C’est techniquement carrément impeccable ici, tout le monde joue son rôle à merveille, mais le booking est vraiment over the top. Le combat dure assez longtemps, un peu + de 15 minutes, mais on vraimentpas le droit à un combat enlevant ici. On a droit à 15 minutes de squash des MWC, par squash, je veux carrément dire squash. Gibson entre dans le ring en premier, se fait défoncer dix minutes, il réussit un tag et Norton se fait encuite tabasser dix minutes. C’est assez ennuyeux je dirais et vraiment pas pour tous les goûts. Le problème, c’est que je comprends qu’on a véritablement voulu créer l’attente de ce hot tag et sur ce point, ça marche quand même! Quand le tag se fait à Gibson à la fin, j’ai rarement eu une foule aussi survoltée! Le problème, c’est de taper 15 minutes assez ennuyantes pour s’y rendre! Quandle tag est fait à Gibson, 15 secondes plus tard alors que Ole soulève Morton, Gibson dropkick son partenaire qui tombe sur Ole et qui réussit le compte de trois dans l’hystérie collective!

Note: Très difficile à noter pour ma part. Le combat est ennuyant, mais le booking a son mérite ici et les quatre mecs donnent ce qu’ils peuvent. Je vais donner **¼, mais on a ici un autre combat qui ne livre pas ses promesses.

Main Event
NWA World Heavyweight Championship
Ric Flair (c) vs Nikita Koloff

N’importe qui a vu Nikita Koloff lutter avant 1986 devait se douter que le mec allait un jour se retrouver dans le Main Event d’un combat de championnat. Lutteur correct, mais un charisme et une présence incroyable, en plus de posséder un physique tout à fait sensationnel! Flair a tous les outils qu’il faut pour sortir de Koloff son meilleur à vie, en plus que Flair et Koloff se sont affrontés à quelques reprises avant ce combat. Malgré le fait que ce Main Event met en scène deux heels, Koloff est beaucoup plus populaire et allait peu de temps après devenir officiellement face. Ce que j’aime de ce combat c’est que Koloff n’a pas l’étoffe d’un Flair, d’un Harley Race ou d’un Dusty RHodes sur le ring, donc Flair doit tout faire pour le faire bien paraître dans ce combat. Flair fait un travail incroyable pour vendre Koloff comme une bête et fait de son mieux, en ralentissant constamment le tempo pour bien faire paraître Koloff dans le ring. Le combat est lent, mais très bien monté et aussi très bien joué par les deux hommes. On a pas du tout un chef-d’oeuvre ici, mais un bon main event relevé sans flafla et je vous avoue que je voulais exactement ça ici. Alors que la tension monte, Koloff fait un FLYING SHOULDERBLOCK et envoi Flair directement sur l’arbitre qui tombe du ring! Koloff fait son RUSSIAN SICKLE (une lariat) sur Flair, mais aucun arbitre! Koloff tente de ramener l’arbitre dans le ring, mais de dos Flair lui fait un FLYING KNEE derrière la tête! Un autre arbitre arrive, mais Flair n’obtient qu’un compte de deux! Koloff tente ensuite un deuxième RUSSIAN SICKLE, mais Flair s’enlève du chemin et terrasse le deuxième arbitre! Koloff est fumant de rage et se met à étrangler Flair dans le coin, le premier arbitre revient dans le combat pour arrêter l’étranglement, mais Koloff le pousse par deux fois, ce qui amène la disqualification.

Note: QUELLE FIN DE MERDE! Un combat qui pourtant allait TRÈS bien! Très frustrant de voir ça dans ce qui était probablement le meilleur combat de la carrière de Koloff qui allait littéralement décoller à la vitesse grand V après ce combat. Bon combat, très méthodique, très bien joué et Flair montre encore une fois qu’il peut sortir un bon combat de n’importe qui. **¾ pour la fin misérable.

Note finale: MAlheureusement, je ne vais pas vous recommander ce gala. Pratiquement tous les combats sont gâchés par un booking très douteux. Il y a toujours un foutu élément qui vient dégrader l’expérience ou sinon, on a seulement un combat minable. Bill Dundee vs Sam Houston et Flair vs Koloff sont les deux meilleurs combats, mais ils auraient pu être bien meilleur ce qui est doublement dommage. Un show pas du tout mémorable donc et qui ne fait certainement pas honneur au Starrcade de l’année dernière.