Le streaming, dernier salut de la WWE ?6 min de lecture

Les accords télévisés sont le nerf de la guerre des principales fédérations de catch mondiales. De leurs négociations aboutissent des revenus conséquents pour ces compagnies en vendant leurs produits aux chaînes de télévision.

 

Un modèle dépassé ?

Mais depuis le début du siècle, rien ne va plus. De 6 millions de téléspectateurs en 2002, l’audience de Raw a été divisée par 4 aujourd’hui. La tendance est la même pour Smackdown qui a vu ses audiences chuter d’année en année, malgré le sursaut obtenu depuis 2020 avec le deal avec la Fox. Si l’on se base uniquement sur les audiences générées par ses shows principaux, la WWE n’est aujourd’hui plus que l’ombre d’elle même.

Il y a 8 ans, Raw rassemblait le double de téléspectateurs

 

Fin d’un effet de mode, déclin de la télévision, les raisons de cette chute infernale sont nombreuses. On pourrait citer la qualité des shows également mais cet argument reste subjectif et je préfère le mettre de côté. Malgré tout, même si financièrement la WWE se porte bien, elle en pâtit assez lourdement. Petit à petit, le produit WWE s’enferme dans un marché de niche connu uniquement des fans avisés. Difficile de fidéliser de nouveaux clients dans ce contexte-là. Et c’est plutôt grave. Alors oui, la WWE s’est trouvé de nouveaux relais de croissance, notamment via ses deals avec l’Arabie Saoudite, mais ce ne sont que des solutions temporaires. Que se passera-t’il lorsque ces deals s’arrêteront ? Idem pour les accords télévisés ; la Fox remettra-t’elle autant d’argent sur la table qu’il y a 2 ans à la fin de cet accord ? Rien n’est moins sûr.

 

L’échec WWE Network

La WWE doit adopter une nouvelle stratégie. Une stratégie qui permettra de se projeter sur le long terme, avec des objectifs quantitatifs. La WWE le sait. Elle a même essayé de s’affranchir de la télévision dès 2014 avec le WWE Network.

Le WWE Network était une excellente idée sur le papier. Le timing était idéal également, à une heure où les Netflix, Amazon Prime Vidéo ou Disney + n’étaient pas encore ce qu’ils étaient ou n’existaient tout simplement pas. Le champ était libre et la WWE agissait comme un précurseur dans le domaine.

L’objectif a demi avoué était à terme de rapatrier les shows diffusés originellement à la TV une fois que la plateforme aurait atteint un seuil de rentabilité et un nombre d’abonnés suffisants. Mais elle n’est jamais arrivée à cet objectif. Même si cet objectif courrait sur le long terme, la tendance observée n’aurait jamais pu permettre de l’atteindre. La faute sûrement à un catalogue trop restreint, uniquement concentré sur la thématique du catch. Proposer du contenu annexe, n’ayant rien à voir avec du catch aurait pu attirer des abonnés et par la même occasion faire découvrir à certains le produit proposé par la WWE mais il n’en fut rien.

Mais alors, pourquoi la WWE n’a pas étendue son catalogue? La faute sans doute aux coûts que cela aurait engendré. Les plateformes de streaming leaders sur le marché aujourd’hui dépensent des sommes folles pour compléter leurs catalogues. Entre achats de séries/films et créations originales, les coûts sont faramineux (Amazon a lâché 1 milliards de dollars pour la création de sa série issue du monde du Seigneur des Anneaux par exemple). Cependant, ces plateformes peuvent se le permettre car c’est leur coeur de métier. La WWE en parallèle aurait du gérer le coût de son activité historique et cela aurait pu mettre en péril la viabilité financière de la compagnie.

Face à ce constat, le WWE Network est resté relativement anonyme aux yeux du grand public. A son plus fort, le service est arrivé à rassembler à peine 2 millions d’abonnés à travers le monde. Bien loin des 4 millions minimum étant supposément apporter une rentabilité du service. Et encore plus loin des centaines de millions d’abonnés des trois leaders du marché. Une goutte d’eau.

 

Un renouveau nécessaire

Aujourd’hui, l’heure est au changement de stratégie. La WWE s’est délesté de son Network aux Etats-Unis en s’associant avec Peacock. Face à ce constat implacable, elle a décidé de couper le robinet, tout du moins en partie. Netflix, Amazon Prime Vidéo et Disney + rassemblent aujourd’hui près de 550 millions d’abonnés. C’est une somme gigantesque, et un marché à prendre.

En 2022 la WWE a tout intérêt à se rapprocher d’un de ces 3 acteurs afin de lui proposer ses services. Que ce soit du live ou du pré-enregistré, la présence d’un tel contenu sur l’une de ces plateformes permettrait un gain d’exposition considérable pour la WWE. Dans une autre mesure, Netflix a réussi le tour de force de redonner de l’intérêt à la Formule 1 via sa série « Formula One : Drive to Survive ». Leurs forces de frappe et impacts sont considérables. Alors pourquoi pas la WWE ?

Et là aussi, la WWE le sait déjà. A défaut de pouvoir proposer son propre service de streaming, la WWE discute très certainement aujourd’hui avec l’un de ces 3 géants. L’heure est au changement. Un tel mouvement nécessiterait néanmoins de possibles gros ajustements sur le produit WWE. La WWE telle qu’on l’a connaît aujourd’hui pourrait tout simplement disparaître au profit d’une nouvelle vision.

 

Et maintenant ?

Beaucoup de questions restent encore en suspens. La WWE pourra-t’elle continuer à diffuser ses shows en live ? Pourra-t’elle conserver l’intégralité de ses shows ? Quel intérêt à une 3ème heure pour Raw dans ces conditions, sachant que ces plateformes privilégient des formats courts ? Quel intérêt même d’une seconde heure ?

Au-delà de l’aspect financier, la transposition des shows WWE sur une plateforme de streaming changera fondamentalement sa façon de faire. Dans un secteur très traditionnel, ces possibles changements risqueraient de faire grincer beaucoup de dents. Au profit d’un changement de dimension, la WWE sera-t’elle prête à évoluer drastiquement ?

L’on devra attendre quelques années avant de voir un possible tel deal. Tant que les accords télévisés sont en cours, il paraît difficile de concevoir un tel projet. Néanmoins, la WWE risque de s’agiter en coulisses à l’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.