Les lutteurs ayant eu la pire réputation aka bad réputation style !20 min de lecture

Chronique écrite par Darkside le 29 décembre 2020

Dans le monde la lutte professionnelle, nous avons des personnes qui sont des « cas ». Entre les criminels, les divas, les politiciens, les brutes et autres lutteurs ayant eu de gros problèmes de réputation, nous avons un joli florilège de la dysfonctionalité de nos sociétés.

Certains lutteurs ont totalement grillé leur carrière avec des comportements déviants mais d’autres, plus étonnant, en ont profité dans leur évolution. Cependant, il faut aussi toujours garder un peu de recul sur la réputation car démêler le vrai du faux n’est pas toujours aisé.
Voici donc les lutteurs ayant la pire réputation dans le milieu…

1- Les politiciens

Alors les politiciens ne sont pas les pires car ils font les choses dans l’intérêt de leur propre carrière bien souvent. Et d’ailleurs ça a marché pour eux ! Mais souvent au-delà d’être des manipulateurs, il y a des à-côtés (dépendance, arrestations etc) car le mal attire le mal.

La Kliq : pour l’ensemble de son œuvre !

On va tous vous enterrer les gars !

Chacun a sa spécialité en plus ! Nash enterre les jeunes et se met en avant. Hall a ses problèmes connu de dépendance, a été arrêté tellement de fois que ne peut tout énumérer (petite préférence pour le 30 juillet 1998 où il agresse une vieille femme de 56 ans). HHH est un stratège ultime, HBK version année 90 était un chieur et Sean Waltman un petit hargneux qui a fait ses petits coups.

Difficile de choisir un best-of de ce groupe mais bon en vrac… Nash, outre le fait qu’il a failli tuer Paul « Big Show » Wight et s’est battu avec son propre fils, a dès lors qu’il a eu un pouvoir créatif à la WCW tout fait pour se mettre en avant et enterrer les autres. Mais venant d’un type qui a dit que la lutte était morte quand Guerrero et Benoit, à cause leur taille, sont devenus champions on comprend le niveau et surtout la vision qu’il a de la lutte (avec une comparaison avec le porno que je vous épargne ici). Nash a toujours été très moyen in ring et jalousant certainement les « bons » lutteurs car sa propre carrière s’est faite que sur des rapprochements backstage avec les bonnes personnes aux bons moments. On peut lui accoler Hall qui a bénéficié lui aussi des bons placements du copain. Le duo reste marquant dans l’histoire de la lutte mais plus le temps est passé et plus leur aura s’est dissoute avec les langues qui se sont déliés à leurs sujets.

Hunter est par contre un pur stratège car quand on voit le parcours on ne peut naïvement penser que cela ne s’est pas fait sans victimes. En soi, il a l’air moins gros bœufs que ses copains mais plus forts encore backstage. HBK, lui, s’était le sale gosse des années 90 qui a pris la grosse tête. Waltman bénéficie aussi de ses amis en termes de carrière même si au final ça reste moins flamboyant que ces potes. Le côté « petite peste » s’illustre parfois comme pendant le vol mythique où il coupa les cheveux de Hayes…vous verrez la suite plus bas sur ce vol. C’est un peu le fouteur de merde en somme.

Bref la Kliq a enterré de nombreux lutteurs comme Owen Hart, Mabel, IRS, Bam Bam, Lafitte etc…

Note manipulation : 3 détournements de fond sur 5

Hogan : le vieux lion qui a bouffé des gazelles

Comme toute légende, il y a toujours une part d’obscurité et, il le faut dire, d’envie médiatique de trouver du moche…Hogan a forcément enterré des lutteurs pour en arriver là. Il a nécessairement usé de ses pouvoirs, de son influence grandissante au fur et à mesure des années pour perdurer au sommet.

La liste des incriminations est longue. Dans l’ancienne WWF, Yokozuna qui était alors construit en top heel aurait subi les exigences de Hogan pour récupérer le titre et ainsi détruit le statut du « sumo ». Jake the Snake aurait loupé une opportunité au titre à cause de Hulk. Hogan n’aurait pas voulu non plus laisser le titre à Bret Hart le nouveau top face de la WWE qui est resté l’un des plus critiques envers lui.

A la WCW, Hogan devait gagner systématiquement ces matchs contre Flair, il aurait enterré le Big Giant Show, voulait sa revanche contre Ultimate Warrior qui perd son 1er match à cause de cela, enterré Vader, le flop Kidman etc…

En 2005 à la WWE, HBK a fait du overselling contre Hogan (hilarant il faut le dire) pour exprimer sa frustration quant au comportement de Hogan qui refusait un autre match et voulait gagner obligatoirement. En 2006, Orton aurait dû abdiquer à son tour. Et là on ne parle que des gros poissons !

A la fois la liste est interminable illustrant une influence indéniable et à la fois, on ne trouve pas de fait précis en dehors du poids de Hogan face aux autres lutteurs. On n’a pas d’affaire (excepté ces propos racistes sur un autre registre) backstage mais plus un rouleau compresseur Hogan face auxquels même les plus retors s’écrasent.

Note manipulation : 3 détournements de fond sur 5

2- Les bully

Le côté viril de la lutte a été parfois poussé un peu trop loin… Certains ont très mauvaise réputation à ce niveau-là et se place comme des brutes qui martyrisent les autres. Par égo ? Manque de virilité ? On ne sait pas mais voici quelques lutteurs à ne pas rencontrer sur un ring un mauvais jour…On parle ici de ceux qui blessent autrui volontairement (pas des lutteurs nuls qui blessent sans le vouloir… Hein Nia ?).

Bob Holly : stiff ou bully ?

Bientôt sur vos écrans ?

Le gars a eu rapidement la notoriété d’être stiff avec les autres et surtout avec les rookies de Tough Enough.

Matt Capotelli n’oubliera pas Bob, c’est certain. Comme beaucoup de jeunes recrues, il fait partit des victimes favorites du bully. Holly a eu cette aura de stiff guy avec les jeunes. Mais des lutteurs plus connu ont dû aussi subir l’attitude de Holly. On parle bien entendu de Rene Dupree. Une banale histoire de voiture louée, de facture reçue par Holly au lieu de Dupree, Dupree s’excuse et veut rembourser. Enfin ça c’est avec une personne normale que l’histoire se termine ainsi. Mais avec Holly c’est punition in ring ! Il profite d’un match pour tabasser Dupree et régler ces comptes. Alors certains lui trouveront des excuses comme quoi il est de la veille école, que ceci et cela… Mais bon quand c’est récurent il faut regarder les choses en face.

Bref ce gars à un problème de gestion de la colère à traiter avec un psy.

Note bully : 2.5 œil au beurre noir sur 5

JBL : bully en série !

JBL a un peu plus d’histoires à son actif que Holly ! Stiff oui mais pas que ! Par où commencer ?

Un simple arbitre du nom de Billy Silverman nous permet de se mettre en bouche. Pour une histoire d’avion et de ticket (ça change de la voiture), JBL a forcé le pauvre arbitre à boire de la liqueur. Un bon comportement de brute. Charles Robinson, figure respecté et connu, aurait aussi été harcelé par JBL, Justin Roberts également (JBL lui a volé son passeport), Mauro Ranallo… décidément JBL a un souci avec certaines professions qu’il doit considérer comme des faibles. Vraisemblablement, Joey Styles (l’annonceur pas AJ hein !) aurait vengé les « faibles » à une occasion en mettant KO le grand JBL ! JBL semble aimer aussi se prendre des coups…

Côté lutteur ce n’est pas mieux. Duprée (encore ! le pauvre…) aurait été victime de propos entre le racisme et l’homophobie. JBL aurait harcelé Miz en 2004 qui était en début de carrière également en le forçant à ne pas utiliser les vestiaires (la légende dit que c’est la Taker qui aurait arrêté cela). Et JBL aurait même aussi l’audace de vouloir s’attaquer à Mark Henry (les yeux plus gros que le ventre !!) et aurait été sauvé d’une punition par Owen Hart. Par contre, Steve Blackman, qui fut lui aussi victime de propos homophobes, lui aurait donné cette fois une bonne leçon ! N’oublions pas plusieurs accusions de Matt Hardy, Ivory ou Daivary.

Enfin, citons « the plane ride from hell », un légendaire vol du 5 mai 2002, où parmi les événements troubles du vol, Michael Hayes aurait frappé JBL pour une histoire de cheveux coupé (c’était Waltman l’auteur !)…
Il reste également la scabreuse histoire avec Eddie Guerrero qui a une attaque cardiaque sur le ring pendant un match contre JBL. JBl fût certainement, pour le coup, accusé à tort de ne pas appeler de l’aide alors qu’il a l’air d’avoir voulu terminer le match au plus vite. A vous de juger.
http://web.archive.org/web/20210115225737if_/http://www.youtube.com/embed/z72PB2PqoDo?start=
Passons à l’histoire la plus connue est celle avec le Blue Meanie à One Night Stand 2005. JBL va profiter de la bagarre générale pour blesser réellement Blue Meanie. Comportement mature sans aucun doute ! Le faire pendant un PPV aux yeux de tous c’est assez différent du JBL habituel qui harcèle backstage les autres. A l’origine de l’agression, une interview du Meanie où il a traité de asshole. Ça sera un mini scandale car une telle agression en plein PPV ce n’est pas professionnelle. Ainsi, un match de vengeance aura lieu à Smackdown, le 7 juillet, où Stevie Richards et le Meanie auront une revanche in ring. Les comptes étant soldé, ils deviendront presque potes ensuite !

JBL a une liste tellement longue de plaignants qu’il serait indécent de nier son comportement de harceleur. Il ressemble vraiment à la brute de l’école, pas très futé, qui parfois tombe sur plus fort que lui !

Note bully : 4 œil au beurre noir sur 5

Mention spécial aux « blesseurs en série » ceux qui ce sont illustrés pour faire des erreurs in ring qui ont causé des blessures chez leurs adversaires. Il s’agit donc d’actes non volontaires mais illustrant un manque de technique, de précision ou de retenue dans leurs moves. Citons Rick Steiner (son frère est pas mal aussi dans le genre) qui a cassé la nuque de Buff Bagwell à thunder en 1998, Nia Jax célèbre pour le nez de Becky (en autre), Goldberg qui mis fin à la carrière de Bret Hart et a failli tuer le Taker dans le tristement célèbre match de l’horreur, la période 2005 de « Serial » Rollins avec en apothéose la blessure sur Sting, Sin Cara pour ces nombreux botches presque impossible à lister etc…

Ca doit faire mal ! Fallait pas tenter une move de fou !

Attention : ils peuvent se blesser eux même avec souvent un ridicule difficile à assumer. Les auto mutilateurs nominés sont : Sid et son horrible cassure de jambe sur un… saut (Sin 2001) et Kevin Nash qui se déchire le muscle en courant tout simplement (Raw 08/07/2002)…

3- Les non professionnels

A mi-chemin entre les deux catégories précédentes, nous avons là des cas particuliers. Car parfois c’est pour des raisons d’égo et personnel, parfois par basique vengeance et parfois c’est gratuit. Quoiqu’il en soit ils ne respectent pas les codes de la lutte et ne sont donc pas de bons professionnels. Les comportements non pro sont très nombreux dans le milieu donc il est difficile d’en pointer que quelque uns. Listons plutôt des moments :

Jeff Hardy : c’est finalement le plus connu dans le domaine jusqu’à utiliser cela dans les story ! Victory Road à la TNA reste son plus grand fait d’arme où il arrive dans un état déplorable face à Sting. Entre tristesse et dégout, ce passage montre un comportement totalement inacceptable.
Note amateur : 4 pas pro sur 5

Alberto Del Rio : Viré de plusieurs fédérations, plusieurs fois, c’est un spécialiste du genre. Dans le lot, Il a giflé un employé à la WWE, ne se présente pas au show Impact Wrestling vs Lucha Underground et ne parlons des trucs privés qui viennent en plus se greffer sur le personnage.
Note amateur : 4 pas pro sur 5

Sexy Star : la récente blessure volontairement infligée à Rosemary pour des raisons obscures a jeté le discrédit sur la lutteuse. Not pro.
Note amateur : 3 pas pro sur 5

La Kliq (encore) : le Curtain Call le moment célèbre où les lutteurs n’ont plus respecté le kayfabe pour se serrer dans les bras. HHH en paiera le prix puisqu’Austin gagnera à sa place le King of the ring avec toute la légende en découlant pour Stone Cold ! Mais ça c’est une autre histoire.
Note amateur : 2 pas pro sur 5

Gail Kim : elle s’élimine, hors script, toute seule, d’une battle royale juste par frustration… Pas pro.
Note amateur : 1 pas pro sur 5

4- Les pures criminels, cas sociaux et autres déchets de l’humanité

Bon alors là on arrive en bas de panier, vers la déchéance humaine, le visage le plus laid de la lutte… Accrochez vos ceintures, on passe aux choses sérieuses. L’apéro était bon ? Voici plat + dessert en même temps…

Abdullah the Butcher : Hépatite C compatible

et oui c’est moi !

Passons à présent à un empoisonneur…

Lawrence Shreve est une légende surtout au Japon. Il est même dans One Piece les gars, Abdullah the Criminal ! Ou encore dans Ken le survivant/FNS avec Mr. Heart. Mais il n’était pas un brave gars, oh que non… Vous risquiez votre vie en luttant contre lui mais pas pour des questions de coups ou de stiff. Il était porteur de l’hépatite C et n’en informait pas ses adversaires. Il faut rappeler que l’hépatite C se transmet par le sang et que notre cher Butcher était réputé pour saigner et faire saigner… CQFD.

L’affaire la plus connue et celle où il a ainsi infecté, pendant un match, The Habbibal Devon Nicholson. Or, selon un enregistrement vidéo de l’un des combats, projeté en cour, Shreve se serait coupé et aurait ensuite, avec sa lame contaminée, blessé légèrement Nicholson. Une juge d’Ottawa a d’ailleurs donné raison à l’ancien lutteur Nicholson, qui poursuivait Abdullah the Butcher.

Difficile de savoir si nous avons un empoisonneur en série puisque une seule histoire est sortie médiatiquement. Reste que c’est une bonne introduction à la catégorie.

Note déchet : 1 ordure sur 5

Dynamite Kid : l’ombre et la lumière

Thomas Billington, aka the Dynamite Kid, a eu un destin tragique. Dans un match où les British Bulldogs affrontent The Magnificent Muraco and « Cowboy » Bob Orton (Hamilton), il prend un coup de pied (qui semble anodin en vidéo) mais qui lui détruit le dos. Ensuite ça sera la descente aux enfers jusqu’à finir avant son décès en chaise roulante amputé d’une jambe…

On est machiavélique !

Mais en parallèle de ce triste destin, il a eu plusieurs altercations avec d’autres lutteurs dont Bruce Hart à qui il a brisé la mâchoire, il a tourmenté Jacques Rougeau Jr, Jack the Snake, a (encore) détruit la mâchoire de Foley avec une clothesline (qui ne pourra plus manger normalement pendant des semaines), mit des laxatifs dans les boissons… La liste est non exhaustive. Mais au-delà des rings, il a aussi eu des histoires sordides personnelles. Il notamment menacé sa femme avec un pistolet plusieurs fois tel un sociopathe. Mais là où on voit à quel point le bonhomme est taré c’est quand pour toucher une assurance, il a aussi accepté la demande de JR Foley (Stampede Wrestling) de casser les jambes de sa fille (???). Non mais sérieux… L’humanité en PLS.

DK (sans le S) est un cas particulier se situant entre accomplissement in ring, tragédie personnelle mais indubitablement aussi un mauvais homme.

Note déchet : 2.5 ordures sur 5

Chris Benoit : tueur.

Meurtrier voilà tout…

En juin 2007, c’est un choc sans précédent dans le monde de la lutte. Le lutteur technique, respecté, titré Chris Benoit tue sa femme, son enfant de 7 ans avant de se suicider… Cette affaire a défrayé la chronique et mis en avant les problèmes liées aux stéroïdes. Cependant, les troubles de Benoit étaient plus nombreux avec des blessures et commotions multiples lui donnant un état mental instable. Nowinski indiquera que Benoit “was one of the only guys who would take a chair shot to the back of the head”. Un neurochirurgien étudiera la question pour conclure que Benoit avait le cerveau d’un homme de 85 ans ! La démence sera aussi caractérisée après ces analyses. Ajoutez de l’alcool et des problèmes avec sa femme et nous avons un cocktail explosif. Benoit va devenir presque une « victime » de la méchante lutte pour certains médias. Il est certainement légitime de s’interroger sur les conséquences des commotions et des stéroïdes mais pas d’oublier pour autant qui est le criminel de l’histoire.

Benoit c’était un lutteur qui semblait loin de tout scandales, propre sur lui ce qui a rendu le choc encore plus fort. Mais cela a démontré que l’on ne sait jamais tout sur la réalité des choses et la vie des personnes.

Note déchet : 5 ordures sur 5

New Jack : un taré ?

Jerome Young connu surtout par l’intermédiaire de l’Extreme Championship Wrestling a eu quelques « petits » soucis dans sa carrière lui donnant une réputation calamiteuse. Son père violent dès son enfance ne doit pas être innocent à ce qu’est devenu New Jack…

Alors déjà débutons par le PPV « Mass Transit Incident » du 23 novembre 1996. L’incident implique un petit jeune de 17 ans Erich Kulas qui , profitant de l’absence de Rotten, prend sa place (en mentant sur son âge entre autre) dans un match impliquant les Gangstas (New Jack et Saed) et les Dudleys. Il a demandé à New Jack de le couper pendant le match avec une lame… Ce qu’il fera avec beaucoup trop d’entrain en lui coupant deux artères ! Le pauvre gamin s’évanouit mais les Gangstas continue à le tabasser alors que le père de Kulas hurle de sonner la cloche car il a 17 ans… New Jack ira même jusqu’à prendre le micro pour dire qu’il s’en fiche qu’il meurt car il est blanc… Cela donne déjà une idée du personnage. Le show n’était pas télévisé mais les images de caméscopes ont été utilisées pour des poursuites judiciaires où New Jack a finalement été acquitté. L’incident a même conduit à l’annulation du tout premier PPV de l’ECW. Bravo.

Notre joyeux luron va avoir quelques soucis avec Vic Grimes pendant Living Dangerously (mars 2000). New Jack est victime d’une lésion cérébrale et perd la vue de son œil droit au cours d’une chute de 25 mètres avec Grimes, ils ratent les tables qui auraient dû amortir la chute et atterrissent sur le sol en béton… Jack dira que cette nuit l’aura changé… En une meilleure personne ? Spoiler : non. La feud de malade va se poursuivre à la XPW avec une table en feu et autres incivilités jusqu’à février 2002, le moment où Jack ne suit pas le script avec un taser qu’il assène 4 ou 5 fois à Grimes alors qu’ils sont bien au-dessus du ring avec 12 tables en dessous censé amortir la chute. Ko par le taser, Grimes loupe les tables et tombe même sur une corde directement qui lui brise les os et indirectement lui sauve peut être la vie aussi (sinon il finissait dehors !). La tentative de meurtre n’est pas loin surtout quand, en 2005, dans le documentaire « Forever Hardcore », Jack affirmera que c’était son intention de le tuer pour lui faire payer Living Dangerously (!!).