Les victoires surprenantes11 min de lecture

Chronique postée par EdgeRulz le 6 aout 2017

Je propose un nouveau thème, cela consiste à parler des « Upset » qui peuvent arriver de temps à autres durant les Shows télévisés. Sur le fait qu’un lutteur gagne et l’autre perde, c’est tout à fait OK mais il arrive que « out of nowhere » que le gars qu’on imaginait à 100 % victorieux soit en fait son adversaire.

Mais là où les victoires marquent leur effets de surprise, c’est quand un gars qui n’est jamais monté bien haut bat un gars qui s’est déja bien implanté au sommet.

Le 1-2-3 Kid bat Razor Ramon (Raw, en 1993)

C’était l’un des événements marquants de l’année et une chose qu’il n’a pas dû arriver souvent. Ce résultat mettait également en avant l’histoire d’Underdog où l’on voyait s’affronter l’imposant et gros mid-up Carder Razor Ramon face à quelqu’un qui était alors présenté comme un ancêtre de James Ellsworth : le Lighting Kid, nommé ensuite le 1-2-3 Kid.

The Kid qui était +/- introduit comme un jobber local (qui auparavant, se faisait même détruire par Curtis Hughes, Doink…) s’est directement fait un nom et une place eu sein de la WWF. Il était alors la Superstar avec le + petit gabarit du roster. Oui, quand je dis ça, faut se rappeler que la WWF avait un roster qui était physiquement bien + imposant que celui d’aujourd’hui.

Dans la foulée et en adéquation avec son gabarit, le 123 Kid en a profité pour introduire son style de catch, celui de haut voltigeur, vu qu’à l’époque ce catcheur devenait alors le + aboutit en terme de High Fly. Il a d’ailleurs surpris et battu Ramon avec un Moonsault de la 3ème corde (le même move qui lui est attribué comme Finisher dans le jeu WWF Raw).

Et même pour Razor Ramon, cet événement aura un impact sur lui : Money Incorporated se moque de lui et lui propose un job de laveur de toilettes, ce à quoi Razor les envoie chier et… tourne Face dans la foulée (il sera même resté Face durant tout le reste de son run WWF) et verra sa popularité augmenter, pour ensuite devenir l’un des + gros champions intercontinentaux.

Owen Hart bat Bret Hart (Wrestlemania 10)

Pendant que Bret Hart était au sommet de la compagnie (soit dans la course au titre, ou au pire dans des feuds majeurs – mais dans tous les cas Bret Hart était encore + invincible que John Cena), son jeune frère Owen était en Tag avec un futur Hall Of Famer Koko B.Ware dans une équipe limite low-card. Même à la dissolution de cette équipe, Owen n’était pas montré + efficace, perdant tout le temps contre des Heels en pleine montée.

Cependant, Owen gagna peu à peu en visibilité lorsque l’ensemble de la fratrie Hart s’ajouta à la feud Bret/Lawler. Et à un moment donné, Owen tourna Heel contre Bret et les 2 ont prévu une rencontre à Wrestlemania 20. Mais au moment de ce match, faut dire qu’on imagine mal Owen l’emporter d’autant que son adversaire a remporté le Rumble (avec Luger) et a donc un ME title-Shot prévu dans ce même événement.

La seule victoire notable d’Owen à solo – à date -était alors contre Marty Jannett peu avant, il a également vaincu Skinner à WM8 mais bon… est-ce que ça suffit pour pouvoir espérer avoir une chance contre un adversaire + fort que Cena lors de Wrestlemania X ?

Dans tous les cas, difficile d’imaginer Owen passer de low-carder à un mec qui parvient à battre un Main-eventer établit (qui risquait même de devenir WWF Champion le soir même). Et pourtant, ce fut chose faite de a part du jeune blond qui aura finalement rivé les épaules de l’invincible Bret et CLEAN, lors de l’Opener du PPV. Bon, cela dit, il l’a eu sur un roll-up (au lieu de lui faire 1-2-3 après l’avoir mit KO).

Et avec Bret qui remporte effectivement le titre mondial + tard, ça veut dire qu’Owen a battu le champion peu de temps avant. Cela dit, je considère que cela représente une montée assez brutale (un peu Mahalesque on peut dire ?) et que cette victoire n’est pas non plus *comment on peut dire…* d’ordre personnel, en gros c’est juste une victoire « liée aux Hart et non à Owen lui-même. En gros, c’est un peu comme la « run » de Chavo Guerrero à la WWE dont une grosse partie de son exposition était + d’ordre « familliale » que personnel lorsqu’il travailla avec Mysterio, Vickie ou Eddie.

Cela dit, Owen gagna une certaine crédibilité avec cette victoire, sans non plus être un Top-Heel sur la durée car son adversaire ce soir là, et aussi fort soit-il, était « juste son frère ». Mais Owen a pu continuer sa montée un certain temps, remportant le KOTR dans la même année et obtenant un World Title-Shot à Summerslam. Après cela, il sera un Heel de milieu de tableau ou alors, avec un meilleur succès dans la Tag-team division. Quoi qu’il en soit, Owen se portait bien mieux qu’avant cette bien surprenante victoire contre Bret, dans un match reconnu comme l’un des meilleurs de l’histoire de WM.

Barry Horowitz bat Skip (des Body Donnas)

Alors que je croyais avoir tout vu avec les 2 cas du dessus, voici qu’on a encore un truc unique ici où là, c’est carrément un jobber reconnu et établit qui remporte une victoire, contre une nouvelle « Superstar » du roster. Là le résultat était fait pour prouver le nouveau slogan de la compagnie à savoir « anything can happen in the WWF », incluant donc la victoire d’un jobber sur une superstar.

Je note que du côté de Skip et notamment de son passage WWF, que même s’il n’aura pas eu beaucoup de victoires en solo (juste contre les jobbers locaux je crois… hormis Barry bien entendu), il aura eu de la visibilité avec des vignettes, des promos et une manager. Il devra attendre d’être en tag avec un certain « Zip » pour triompher, avec un règne Tag-Team.

Dans le cas de Horowitz, il s’est juste implanté un petit temps dans le mid-card et tout comme le 123 Kid, il prit la gimmick d’underdog. Il participera à quelques PPV : Summerslam pour un rematch pour Skip et Survivor Series et Royal Rumble, ces 2 PPV où de très nombreux catcheurs sont conviés à participer (étant donné leur concept). Mais Barry est juste retourné jobber oklm après le Rumble.

Rey Mysterio bat Kevin Nash (début 99 à Nitro)

Ces 2 superstars se rencontraient dans le ring de temps à autres et parfois aussi à l’extérieur du ring et à chaque fois, Nash avait le dessus en tirant avantage de son gabarit et donc de sa puissance bien supérieure.

Les 2 sont donc passés aux choses un peu + sérieuses en début 99 où là le masque de Rey Jr. était en jeu (dans un Tag-Team toutefois) et ce dernier a évidement perdu. Et ainsi, Rey fut démasqué durant le reste de son « run » WCW. Et oui, uniquement WCW car depuis son arrivée à la WWE (voire même à ce jour), il aura toujours été masqué.

Rey se pointa donc démasqué pour la toute première fois pour ce rematch contre Kevin Nash et à ma surprise, il parvient à l’emporter cette fois (alors qu’il n’avait aucun enjeu). A l’instar d’Owen et du 123 Kid, Mysterio gagna en crédibilité après cette victoire. Et suite même à cet « upset », Mysterio prit la gimmick de « Giant Killer » en ayant par la suite des victoires sur Scott Norton et Bam Bam Bigelow.

Concernant le contexte de ce résultat, il parait que Nash voulait faire taire ceux qui prétendait qu’il était un égocentrique qui ne voulait jamais faire de job. Et bien pour moi (même si cette anecdote n’aurait été qu’une rumeur) Nash m’aura pourtant bien et bien convaincu que ce n’est pas l’enfoiré tel qu’il aura très souvent été décrit (tiens, pourquoi pas une chronique sur Nash un jour 

)

Shelton Benjamin bat Triple H (Raw, après Wrestlemania 20)

Lors de Wrestlemania XX, Triple H défendait son titre dans le ME dans un 3-Way bien buildé tandis que Shelton combattait dans l’un des match Tag-Team (un match en revanche sortant de nulle part) du PPV avec son partenaire Charlie Haas.

Mais quelques jours après, nous avons droit à quoi ? A Triple H qui se retrouve à affronter à Raw un transfuge de Smackdown et surtout un membre de la WGTT, Shelton Benjamin (notons que la division Tag de SD dont faisait partie Shelton était à un niveau d’importance bien faible).

Et surtout, Shelton était Heel mais il devient Face comme ça, sans logique lorsqu’il se retrouve à affronter HHH. Après une 20aine de minutes, Shelton profite quelque peu d’une distraction de Benoit pour pouvoir l’emporter par Roll-up. Un résultat consistant donc à protéger une top vedette tout en élevant un jeune nouveau (en solo).

Shelton obtient de la visibilité dans le mid-card pendant quelques années avec de très bons matchs mais pas beaucoup de réactions de la foule. Mais il en profitera avec des « run » avec les titres intermédiaires, dont certaines bien longues et des participations dans chaque MITB de Wrestlemania où là aussi, il en profitera pour se faire remarquer. Mais malgré la victoire sur HHH, Shelton ne sera jamais parvenu à laisser son empreinte car même en mdi-card, c’est possible de le faire (Hening, Goldust, Razor, Kofi et même Truth (qui lui est même low-card) y sont très bien parvenu).

Kofi Kingston bat Randy Orton (durant le règne d’Orton en début 2014)

Je suppose que contrairement aux autres matchs de cette liste, ce match ne dit pas grand chose mais son issue m’avait salement marquée à l’époque et je clôturerais donc par celui-ci. Même si les 2 lutteurs étaient déja bien reconnus, il faut quand même bien ressaisir le contexte pour comprendre en quoi la victoire de Kofi était un foutu choc.

Parce que ici, c’est pas que Randy était en soi un catcheur super fort, même en champion (dans cette même époque, il avait même perdu contre Cesaro), c’est juste que son adversaire était un putain de jobbeur, booké encore + faible que Curt Hawkins. Et encore, Hawkins a un personnage comédique et son jobbage à lui représente le personnage, mais Kofi ?

Petit rappel des faits pour Kingston : il perd en fin 2012 son titre contre Wade « jobber » Barrett et durant tout 2013 il est booké comme… en gros, il perd des matchs en 2 minutes contre des Cesaro, Big Show, Ryback, etc. Peu importe contre qui, jamais dans ses matchs Kofi ne pouvait tenir 3 minutes avant de subit le compte de 3.

Ce pourquoi, en début 2014 avec en prime Randy Orton qui venait d’être le tout premier WWE WHC, on a eu ce match qui se finassa avec Kofi qui rive les épaules de Randy, même si celui-ci avait dominé l’ensemble du match (là encore, une issue via Roll-up).

Ce match a mené à quoi ? Juste à une suite où Randy « pête des cables » par ci par là et lors d’un segment à Raw, c’est son leader COO Triple H qui entreprit de l’engueuler mais en lui glissant au passage ce truc dont je me souviens comme si c’était hier, je cite « it’s not a shame for losing to Kofi Kingston« . Bon, en déclarant celà il est évident que HHH n’a jamais suivi la carrière de Kofi en 2013 (voire même depuis 2012).

Voilà pour cette série, je compte faire un second volume, en espérant bien entendu que celui-ci aura plu.