Matt Hardy avait besoin d’être Broken13 min de lecture

Chronique écrite le 28 novembre 2017

Il y a quelques jours se sont déroulés les Survivor Series qui a vu une réelle guerre des Brands. Raw et Smackdown ont alors chacune sortie l’artillerie lourde afin de prendre le dessus sur la branche rivale. Pour constituer son équipe masculine, Raw a ainsi sélectionné ses meilleurs atouts –Braun Strowman, Finn Balor, Samoa Joe- encadrés par les vétérans Kurt Angle et Triple H.

Mais que se serait-il passé si l’un de ces lutteurs devait finalement renoncer ? Facile, le show rouge a de la profondeur. Un Bray Wyatt aurait pu légitimement intégrer un tel match. Il était d’ailleurs dans la Team Smackdown l’an passé. Qui d’autre ? Kane inévitablement. On parle-là de quelqu’un qui a tenu tête à Strowman et qui sort de deux grosses victoires sur Finn Balor et Seth Rollins à Raw. Il aurait donc pu faire sens dans ce match.

Par contre s’il y a bien un nom qui ne serait jamais venu à l’esprit de quiconque, c’est bien celui de Matt Hardy que beaucoup de monde avait d’ailleurs oublié. La donne a cependant fortement changé depuis le Raw d’hier soir après que la WWE nous ait fait miroiter l’arrivée du Broken Universe:

Un Broken Matt en feu

Pour beaucoup, la TNA/GFW/Impact Wrestling/Peu importe son nom est morte il y a de cela bien longtemps lorsqu’elle a perdu ses lutteurs emblématiques tels qu’AJ Styles, Samoa Joe, Bobby Roode ou Christopher Daniels. Pourtant si beaucoup d’yeux s’était détournés de la compagnie d’Orlando (ou d’Ottawa maintenant, il va falloir s’habituer), nombreux ont été ceux qui ont suivi de près ou de loin les aventures hors du commun de Matt Hardy et de sa famille à Impact Wrestling.

Pourtant tout avait mal commencé. En mai 2016 Impact Wrestling nous sort une ENIEME rivalité Matt vs. Jeff qui n’intéresse pourtant plus personne depuis bien longtemps. Comme d’hab, Matt est le heel de la feud et cette fois-ci reproche à son frère de prendre trop de place et de chercher à l’évincer de l’histoire, d’où le fameux « Delete ». Matt refuse d’ailleurs d’appeler son frère par son prénom et opte alors pour son second nom, Nero. L’histoire est cependant ridicule à ses débuts et ne prend pas. Matt fait alors peine avoir avec sa nouvelle teinture capillaire –dont le sentiment était qu’il s’agissait d’une pâle copie de Seth Rollins heel- et avec son faux accent anglais ridicule. Surtout que Matt, comme d’hab à nouveau, perd les deux premiers gros matchs. Clairement, tout le monde s’en fout et attend la fin de cette rivalité débile.

Et là le miracle. L’ultime affrontement entre les deux est programmé pour un obscur Final Deletion Match. Il faut tout de même reconnaitre un certain intérêt pour ce match. Déjà la stipulation ne donne pas beaucoup d’indices et donc intrigue. Encore plus lorsque l’on annonce que l’affrontement n’aura pas lieu à l’Impact Zone mais chez les Hardys en Caroline du Nord. Le résultat final sera un match plein d’actions et d’attaques à coups de feux d’artifice dans un affrontement très orienté Série B mais qui s’avèrera particulièrement efficace. Les Hardys et Impact Wrestling réussiront leur coup au final. Tout le monde de la lutte en parlera les jours suivants et même les employés de la WWE suivront ça de près.

Il faut dire à ce sujet que Matt Hardy a pleinement joué sur l’art de l’autodérision. Tout le monde se moque de ma rivalité ridicule contre mon frère et de mon jeu d’acteur ? Ok, transformons tout ça en film de série B. Broken Matt a également su jouer sur une volonté perpétuelle des fans de lutte à ce qu’on lui propose quelque chose de nouveau. Le grand frère de la famille disparait ainsi presque totalement de l’Impact Zone pour n’apparaitre qu’en vignettes vidéo. On soulignera cependant au passage la forte inspiration de la Lucha Underground dans celles-ci avec notamment l’utilisation de musique en arrière fond sonore. Dès lors, les Hardys capitalisent sur ce nouvel univers que Jeff s’empresse de rejoindre en voyant sa popularité augmenter.

La suite est un raz de marée. Tout le monde parle du Broken Universe et Matt devient red-hot comme jamais. Impact Wrestling réalise bien sa valeur ajoutée et le couve énormément en donnant carte blanche à la famille Hardy pour le booker (avec l’aide de Jeremy Borash) et n’hésite pas par exemple à survendre un Tag Team Apocalypto qui s’avèrera être une daube infâme. On nous avait ainsi vendu que des équipes allaient demander à quitter leurs employeurs du moment afin de participer à ce match annoncé fou. Alors certes un volcan fut aperçu à l’occasion du brawl, mais les soi-disant Guests de luxe furent finalement les Rock n’ Roll Express, les Bravado Brothers et un large panel d’inconnus complets. On n’était pas loin de la supercherie.

Malgré cet accroc, la côte de popularité des Hardys et de Matt en particulier reste au plus hauts. Les bookers se ruent alors sur eux pour les faire venir au Chili ou en Angleterre. Le Broken Universe est d’ailleurs devenu tellement gros qu’il commence à même dépasser le cadre habituel de la TNA. Les Hardys sont ainsi dans le plus grand des calmes en mesure de booker une feud interpromotionnelle avec la ROH et les Young Bucks. Finalement Jeff et Matt quitteront la compagnie d’Orlando avant la réalisation de celle-ci mais cela montre le pouvoir qu’ils avaient obtenu au sein de la promotion.

Le retour à la WWE en forme de soufflet

Alors que l’on annonçait la WWE particulièrement chaude à l’idée de les faire revenir au bercail lorsque les deux frangins étaient sous contrat à la TNA, les voir ne pas prolonger et quitter la compagnie semblaient être un signe du destin. Même s’ils étaient alors allés à la ROH, tout le monde savait que cela n’allait être qu’une courte période, le temps de faire leur feud contre les Young Bucks, puis direction WWE. La question en suspens était cependant de savoir quand. Leur présence lors du premier Raw post-match, traditionnellement très chargé en retours/débuts, était alors fortement évoqué.

Finalement Matt et Jeff sont arrivés un jour plus tôt que prévu en participant à Wrestlemania 33 en tant qu’équipe non-prévue. Bénéficiant forcément de l’effet de surprise, les frères Hardy resteront ainsi ceux ayant reçu la plus grosse pop du plus gros PPV de l’année lutte. Même s’ils ont fait leur retour sans le Broken Universe, Matt et Jeff ont cependant fortement bénéficié de la popularité de celui-ci pour se présenter immédiatement comme les plus gros babyfaces de la compagnie. Il n’y avait d’ailleurs qu’à voir tous les chants et gestes Delete lors de leur entrée. Tant pis pour Big Cass et Enzo Amore à qui les titres par équipes étaient promis, la WWE a préféré les donner à un duo bien plus clinquant.

S’ensuit une feud parfaite pour démarrer pour alimenter leur retour. Ils sont ainsi opposés à Cesaro et Sheamus, alors faces, soit les meilleurs adversaires possibles pour eux à Raw. Sinon c’était le Club ou Big Cass/Amore. Le New Day aussi aurait été sympa mais ils étaient prévus pour feuder avec les Revival. Sur le papier, la rivalité Hardys vs. les européens est cool. La WWE vend d’ailleurs les affrontements 1 vs. 1 préparatoires de Raw comme des Dream Matchs. C’est bien évidemment très exagéré mais il faut quand même reconnaitre que la storyline entre les deux équipes intéresse les fans.

Le problème est que la rivalité fait très vite pschitt. Déjà premier point, la WWE Universe aime bien les Hardys Boys, mais ils veulent Broken Matt et Brother Nero. Ils continuent donc à soutenir les deux frères, mais ils se rendent bien compte que la compagnie ne leur donne pas ce qu’ils demandent de manière assez explicite. Autre point négatif, les Hardys, Cesaro et Sheamus ne montrent en réalité aucune alchimie. Même avec le turn des européens, les matchs restent mauvais. En particulier ce booking ridicule lors de leur Cage Match d’Extreme Rules où les Hardys, agrippés à leur grillage, attendaient tranquillement que les européens sortent de la cage pour perdre leurs ceintures comme des gros bêtas.

Cette mauvaise rivalité entre les deux équipes fera visiblement perdre énormément de crédit aux Hardys et un élément le prouve: depuis la fin de leur feud contre Cesaro et Sheamus en juillet … Matt et Jeff n’ont plus jamais intégré une carte principale de PPVs ! Uniquement des Kick-Offs, au mieux. Et là le coup de massue pour Matt. Alors que les Hardys viennent d’entamer une feud avec le Miztourage (aboutissant à un match dans une salle vide à Summerslam), Jeff l’abandonne suite à blessure.

La suite sera très triste pour Matt qui deviendra jobber de luxe, notamment face à Strowman qui après l’avoir squashé le trainera ensuite comme un sac de patate en direction des coulisses avant que le SHIELD n’attaque le monstre. Pareil lors de l’invasion de Smackdown où Matt sera très facilement maitrisé au tout début et en même temps que les jobbers Curt Hawkins, Titus O’Neal et Apollo Crews. Pire, quand Raw se venge et rend la monnaie de sa pièce à la branche bleue, Hardy ne fait même pas partie du contingent rouge. Le sentiment général est alors qu’en six mois, la WWE a tué la hype Matt Hardy, l’individu qui attirait un peu trop l’attention sur lui avec son Broken Universe.

L’espoir renait

Alors que l’on pensait Matt foutu, on apprend hier soir qu’il va affronter Bray Wyatt à Raw. Sans surprise, nouvelle défaite pour le jobber de luxe … qui là pête un câble et hystériquement enchainent les gestes Delete ! Alors que la WWE prenait bien garde de ne pas montrer à l’écran à chaque fois que Matt faisait ce signe, c’était cette fois-ci pleinement assumé par la compagnie. On voyait bien d’ailleurs que Wyatt avait pour consigne de très vite dégager du ring après le match afin que toute l’attention soit portée sur Hardy gisant contre le poteau.

C’est là que le bât blesse, le public s’en foutait royal. Alors que la WWE espérait que le silence s’instaurant devant la détresse de Matt fasse réagir les fans en sa faveur, la foule était particulièrement calme. Même sur le Delete, le geste n’a pas été aussi repris que cela par les spectateurs. Lorsque l’on compare avec l’engouement du mois d’avril où le public faisait le signe à la moindre occasion, hier soir faisait peine à voir.

Il reste cependant qu’utiliser la gimmick Broken semblait la seule solution pour la WWE de sauver Matt, d’autant plus si les rumeurs voulant que Jeff parte en solo à son retour sont confirmées. Tout le monde se fout de Matt Hardy, par contre avec Broken Matt Hardy, il y a ici moyen de faire de nouveau embarquer la foule. Surtout que la WWE semble avoir entendu les fans. Contre qui Matt a-t-il perdu et entrainé ce pétage de plomb ? Bray Wyatt, soit le lutteur que tout le monde voulait voir impliquer dans le Broken Universe.

Après il y a cependant une différence énorme. S’il semble acquis que Matt a récupéré les droits sur la gimmick, il n’aura jamais autant de liberté créative que du temps de la TNA. Du coup est-ce que cela marchera aussi bien une fois que chacune des idées avancées devra être validée par Vince McMahon ? Cela fait quand même un peu peur en y repensant. Autre point, le Broken Universe ce n’est pas que Matt, c’est Jeff mais aussi Ruby Skye, le bébé Maxel, Senor Benjamin et le drone Vanguard-1. Est-ce que l’on reverra les quatre derniers à la WWE ? Gros doute, surtout pour Skye et sa très grande gueule.

Autre élément qui inquiète: on ne voyait presque jamais physiquement le Broken Universe dans l’Impact Zone. Celui-ci nous était principalement présenté à l’occasion de vignettes loufoques. S’il est facile d’imaginer la WWE continuer ces vidéos avec un plus gros budget, il parait cependant difficilement imaginable de voir Raw se passer physiquement de lui aussi souvent. De plus le Broken Universe était également protégé du fait de la « faible visibilité » de la TNA. Version WWE, on le verra toute les semaines (comme à Impact Wrestling) mais également plusieurs fois par weekend par des images provenant des House Shows. Il y a donc un très gros risque de saturation précoce de la part des fans.

*****

Si tout le monde se réjouit forcément de voir la WWE entrouvrir autant la porte au Broken Universe, cela soulève également un très gros doute sur la satisfaction finale de voir se réaliser une telle gimmick. Il y a ainsi un très gros risque d’avoir un Broken Matt Hardy, mais pas aussi efficace que celui de la TNA. La WWE aura alors complétement réussi à détruire Matt Hardy.