Roman Reigns : l’accident industriel de la WWE ?11 min de lecture

Chronique initialement postée par darkside le 13 mars 2018 quand Roman Reigns était face et que plus personne n’en pouvait avec lui.

Roman Reigns. Tout a été dit sur ce lutteur. Hais par la majorité, soutenue par quelques-uns, il déclenche des torrents de haine à chaque passage. Mais finalement pourquoi ? Quand on remonte aux origines, il était même populaire dans son gang presque un Batista de son époque. Puis tout a été très vite et il s’est retrouvé avec les fans à dos de manière presque plus épidermique que Cena. Vite. Voilà le mot clef finalement.

1-Il était une fois Roman

http://web.archive.org/web/20180517161921if_/http://www.youtube.com/embed/oz_unJtDYeU?start=
Le trio Shield est arrivé de nulle part et avec une série de victoires parfois improbables contre des tops stars. Ils étaient heel. Pourtant leur popularité à croit avec leurs succès…

Si on revient aux origines, soit le 18 novembre 2012, lors du ME des Survivor Series opposant CM Punk à John Cena et Ryback dans un Triple Threat match. Trois lutteurs de la NXT, Ambrose, Rollins et Reigns, attaquent Ryback au moment où celui-ci fait le tombé sur Cena, permettant à CM Punk de conserver son titre. Les trois hommes se présente comme The Shield, et que leur but est de lutter contre l’injustice (ce qui dans les faits ne voulait pas dire grand-chose alors qu’un Sting avait dans le passé ce créneau de manière cohérente). On peut souligner qu’au début le groupe s’attaque aux lutteurs faces (Ryback puis à Cena) ce qui confirme leur statut de heel. On va assister alors à un paradoxe temporel pour Reigns. On sait que plus Reigns a été pushé plus les fans l’ont rejeté. Et bah Shield c’est étrangement l’inverse ! Le clan va enchaîner des victoires de plus en plus énormes contre Kane/Bryan/Ryback, Cena/Ryback/Sheamus ou encore Sheamus/Orton/Big Show et même Taker/Kane/Bryan. Bref, ils ont un push dément et deviennent de plus en plus populaires. Alors certainement l’effet groupe permet de ne pas cibler un lutteur en tant que chouchou de la direction pushé à mort et que le côté meute heel rend la chose plus acceptable voir cool un peu comme une NWO en mode réduit. Face à cette popularité croissante, ils deviendront même tweener contre la Wyatt Family (la bonne époque pour Bray hein ?) puis inévitablement face avec le passage Kane. Le reste de l’histoire, on la connait ensuite avec la trahison de Seth qui met fin au clan.

Alors cette phase ascendante met en lumière les trois lutteurs dont Reigns. Il est en plus l’enforcer stylé et qui ne fait pas dans le blabla. Il est un potentiel top face. Et son tout début solo n’est pas si marqué que cela par un surpush : Reigns commence une carrière en solo à Raw où il se qualifie en remportant une bataille royale pour le Ladder Match mettant en jeu le WWE Championship, match que Cena gagne. Il obtient une nouvelle chance au titre à Battleground dans un Fatal-4 Way Match face à Cena, Orton et Kane, mais il perd encore. Alors il tutoie déjà les sommets mais ne gagne pas pour autant. La relation avec le public se tend pourtant peu à peu et le rumble 2015 marquant son sacre mais peut être aussi sa cassure avec les fans. La fin gênante où le Rock tente désespérément d’aider Reigns à ne pas être hué reste dans toutes les mémoires… Ambiance électrique avec l’élimination de Bryan, rumble désastreux n’ont pas aidé à concrétiser ce succès annoncé pour Reigns. Il est difficile de relier des victoires ou des titres à son impopularité car le push est diffus et c’est davantage son ascension qui fait grincer des dents. Et pourquoi d’ailleurs ? De souvenir Sheamus avait fait mieux et plus vite sans créer ce rejet. Alors il était heel et affrontait le Reigns de l’époque Cena aussi…

Romain a bien débuté. Dans un clan à l’image « in », il a eu énormément de succès en groupe. Il avait de plus le rôle de l’outsider du clan et un physique très badass. Ses débuts en solo prenait une bonne direction alors pourquoi ? Quand ? Que s’est-il passé pour devenir ce type que tout le monde déteste ?

2-Trop c’est trop ou l’effet Cena bis

Rappelez-vous Cena rappeur… Il était ultra populaire. Il a commencé à se mettre à dos les fans quand il a été « PGisé » en top face qui gagne tout. Reigns c’est un peu la même chose.


On a commencé à esquisser la carrière solo de Reigns qui a déclenché ce phénomène de haine. 2015 (et donc le rumble) a vraiment accentué ses succès et dans un même temps mais aussi ce côté épidermique avec les fans. Alors a-t-on eu trop de ME, trop de titres, trop de victoires pour RR ? Encore une fois comparativement à d’autres pas forcément. Ok il squatte les ME de Wrestlemania c’est clair mais le « trop » provient aussi d’un décalage entre ce qui lui est donné et ce qu’il donne. Parfois médiocre au micro ou sur le ring, il n’a pas su conquérir les smarts. Vouloir être top face et rebelle cool sans choisir le coupe de certains jeunes fans de Cena (qui lui au moins est clair). Il y a aussi eu des concours de circonstances (« voler » la victoire de Bryan au rumble 15, la popularité grandissante de ces 2 ex compères, l’époque qui rejette les caricatures etc) préjudiciables à sa progression. Le « trop » est un vrai problème pour Reigns c’est certain mais pas que…

Globalement, nous sommes dans une période où les Superman ne font plus rêver, où internet casse la magie des story, où le in ring devient le plus important pour beaucoup de fans, où Reigns est un anachronisme. Il est buildé et fait pour les années 90 mais pas en phase avec les années 2010/2020. Pourtant l’exemple Cena de la génération qui précède avait bien avertis la WWE sur les limites du modèle. Mais non, la WWE voulait son fameux Poster Boy, son Cena bis. Et non car chaque génération a son icône. Austin et Hogan n’ont pas grand-chose en commun par exemple et ils ont été les tops face absolue de leur époques respectives. La star après Cena ne peut pas être un autre Cena. Il doit être différent et raisonner avec la génération actuelle de fans ultra connectés, ultra informés, non manichéens. Gagner tous les titres et tous les matchs façon Goldberg c’est n’est pas intéressant (Asuka commence à agacer de plus en plus à cet égard). Avoir le rôle du gentil gars ne marche plus depuis longtemps. Ainsi, la WWE navigue à vue avec Reigns. Tiens on va ajouter un peu de badassarie contre Lesnar pour le rendre plus cool, tiens un peu de rebelle façon Austin, tiens des défaites pour le côté rédemption etc… Ça sent le sujet non maîtrisé.

La WWE avait une idée claire de son top face. Mais face au rejet, elle change constamment et les fans ne trouve plus aucune cohérence dans Reigns autre que la volonté de l’imposer à tout prix… C’est peut-être là sa chance…

3-Finalement n’est-ce pas une forme de succès ?

Quand on voit les réactions que déclenche le lutteur, on peut se demander si la WWE n’a pas réussi… sans le savoir.

Clairement, la WWE voulait de Reigns comme top face. Indubitablement, elle voulait en faire l’étendard populaire et cool des années 2015/2020. Mais elle a créé autre chose de plus rare au final. Elle a créé un lutteur « controversé », terme galvaudée mais qu’elle aime attribuer désormais. Reigns ne fait pas spécialement de controverse comme un Lesnar « qui est méchant car jamais là » ou un gars qui backstage fout le bordel façon Enzo. Par contre, Reigns ne laisse pas indifférent les fans. Quand il arrive c’est systématiquement des hués monstres. Seules ces pauses Sheild lui accorde du répit. Il va au-delà d’un Cena qui scinde en deux camps presque équitable car Romain, lui, c’est des torrents de haine qu’il alimente presque involontairement car c’est son booking avant tout qui nourrit ce rejet. Je suis certain qu’en le mettant en Diesel nonchalant en milieu de carte il serait soutenu. Mais Reigns ce n’est pas cela. C’est LA star qui va gagner contre l’attente du public. C’est un heel finalement. Un heel in booking. La WWE a loupé son objectif initial mais a créé mieux. Reigns est ce que la WWE nous imposera quoiqu’en dise : nous sommes dans une feud fans VS WWE en fait…

En effet, un top face c’est facile à faire (enfin normalement). Mais c’est aussi facile de le perdre car il repose sur des choses superficielles type un bon rôle, un côté cool artificiel, un booking et le public d’aujourd’hui se lasse vite, très vite. Un Hogan et même un Goldberg ne pourraient pas exister en l’état à notre époque car trop cliché l’un et l’autre. Un Austin réussirait encore car la facette anti système, anti boss marche encore bien. Quoique… Récemment Reigns a tenté avec Vince et il a obtenu des applaudissements quand il a été viré 

. Un Rock qui trash ses adversaires ça marche également encore. Mais sur la durée, ça s’épuise vite. Par contre, le gars qui gagne encore et toujours les titres, les matchs importants ça saoulera éternellement. Je vois mal le public encouragé subitement le gros chien après une énième victoire. Selon quelle rationalité ? Personnellement, je pousserai même le vice en lui faire faire des matchs bien merdiques techniquement pour bien faire rager encore plus les haters. Il lui faut le package complet « je gagne tout le temps, je suis nul sur un ring et nul au micro et je vous enc***». Pourquoi même mettre une sauce de rumeur backstage comme quoi il est le chouchou de Vince ? Il faut aller au bout du bout avec ce personnage et comprendre que la haine qu’il canalise est une chance. La WWE feud avec nous alors autant allez jusqu’au bout et voir qui gagnera !

Reigns est devenu un cas d’école, une expérience qui aurait mal tournée et donnée un résultat inattendu. Reigns la créature de Frankenstein de la WWE ?

Reigns est un cas passionnant reflétant le décalage croissant entre des vieux bookers et les fans. Les recettes du passé ne marchent plus et l’absence de concurrence sérieuse sauve la WWE. Le lutteur engendre tellement de rejets parfois presque irrationnels qu’il en devient indispensable. Il est la WWE. Il est son produit. Nous, nous sommes des consommateurs et on veut nous imposer un produit coute que coute. Reigns est victime et bénéficiaire de cette guerre. Sans le vouloir, il est devenu, au grès des errances, un phénomène qui, tel le Deadpool de la lutte, brise le 4eme mur dans une opposition entre nous et la WWE. Bravo pour ce tour de forcé inédit.