Shawn Michaels craignait la réaction du vestiaire après le Montreal Screwjob

Shawn Michaels craignait la réaction du vestiaire après le Montreal Screwjob

 

Nous fêtons ces derniers jours du fameux Montreal Screwjob du 9 novembre 1997. Si pendant plusieurs années cela fut un sujet houleux pour les principaux concernés, le temps a atténué la douleur. Maintenant qu’il n’y a plus de risque de jeter de l’huile sur le feu, Bret Hart et Shawn Michaels n’hésitent plus à en parler plus calmement. Les deux ont depuis fait la paix entre eux et sont dorénavant de bons amis.

Hart et Michaels ont ainsi été invité ensemble par The Ringer pour revenir sur le Montreal Screwjob. Le Sexy Boy en a profité pour évoquer sa crainte de la réaction du vestiaire suite à cela:

 

La crainte initiale

« C’était ma plus grosse inquiétude. Ce business est centré sur le fait de prendre soin du corps des autres (…) Je sais qu’il y avait des gens qui me détestaient et qui auraient adoré me tuer. Je pense cependant qu’ils savaient que j’avais été placé dans cette position. Ils n’ont pas aimé et peut-être qu’ils ont voulu faire quelque chose (envers lui physiquement), mais personne n’a rien fait »

 

Le rôle de l’Undertaker

« Le heat n’a pas duré aussi longtemps que je pensais. Vince McMahon a fait tout ce qu’il a pu pour prendre la responsabilité. Il voulait faire comprendre à tout le monde que cela était sa décision. Je me souviens toujours de lui en train de parler au Taker (Undertaker). Mark (Callaway) avait un gros rôle de leadership et par respect pour cela, tout lui fut expliqué. Il a en quelque sorte définit le tempo quand tout est arrivé.

Il m’a dit « Ecoute, tout va bien entre toi et moi ». Par la suite, même Owen (Hart) est  venu me voir. Il m’a dit « C’était entre toi et Bret. Cela n’a aucun rapporte entre toi et moi ». Cela ne fut donc pas aussi difficile que cela aurait pu être. Je me sentais cependant toujours mal (d’avoir trahi Bret Hart) »