Les journalistes de Wall Street Journal expliquent leur enquête sur Vince McMahon3 min de lecture


Alors que les journalistes spécialisés en lutte essaient de connaitre tous les secrets sur la WWE et disent avoir de multiples sources en interne, force est de constater qu’aucun d’entre eux n’était au courant -ou du mois ne l’a évoqué- que Vince McMahon avait eu des comportements déviants sur le plan sexuel. C’est ainsi le Wall Street Journal (WSJ), soit un média orienté finance, qui a sorti l’affaire. Plus précisément, il s’agit des journalistes Joe Palazzolo et Ted Mann qui ont rapporté l’histoire. L’émission Busted Open Radio a invité les deux hommes afin de revenir sur le scandale qui s’en est suivi. 

 

La première question était tout d’abord de savoir pourquoi le WSJ avait mené cette enquête. Il est ainsi expliqué que le média s’intéresse aux entreprises cotées en Bourse et que c’est le cas pour la WWE. Cela ressemblait également à un problème de gouvernance et il leur paraissait important que les investisseurs soient au courant de la situation actuelle au sujet de la personne qui dirige la boite. C’est en avril qu’ils ont eu vent de l’accord de 3 millions versés à une femme avec qui Vince McMahon aurait eu une relation sexuelle. Toujours ce même mois et après avoir recroisé plusieurs sources, ils ont donc sorti l’affaire. 

 

Le retour qu’ils ont obtenu de la compagnie suite à ces allégations est qu’il s’agissait d’une relation consentie avec une femme. Ils ont cependant entendu par la suite d’autres histoires où le consentement n’était cette fois-ci pas de rigueur. Cela les a poussés à continuer leur enquête. Palazzolo et Mann soulignent que dans le cas de ce genre de compagnie, il est très peu toléré que ce genre de situations se produisent entre le patron de la compagnie et une subordonnée même consentante. Par le passé, cela s’est toujours montré dangereux sur tous les points. La personne subordonnée peut notamment avoir peur de perdre son emploi et se sentent donc obligé de continuer la relation.

 

Leur enquête les a amenés à ce paiement de 7.5 millions de dollars versés à une ancienne lutteuse. Palazzolo et Mann indiquent que ce montant a forcément attiré leur attention. Dans le monde des NDA (paiement contre silence), cela suggère qu’un gros secret d’état cherche à être tû. Les deux journalistes ont alors réalisé que cela était un gros signal sur le fait que l’histoire complète ne leur avait pas été dévoilée. C’est de cette manière qu’ils ont appris par la suite que toutes les actions de Vince McMahon n’étaient pas consenties et que certaines femmes s’étaient vues montrer la sortie pour ne pas avoir accepté les approches. Les deux journalistes concluent en disant qu’ils continuent à enquêter sur l’affaire et sont persuadés que même maintenant tout n’a pas encore été révélé.