Un lutteur de l’AEW revient sur ses envies de suicide2 min de lecture

Il y a quelques jours, Anthony Ogogo a livré une interview à Independent UK, au cours de laquelle il est revenu sur ses tendances suicidaires après la fin de sa carrière de boxe.

J’ai pris ma retraite le 11 mars 2019, je m’en souviens comme si c’était hier. Concrètement, mon dernier match remonte à octobre 2016, trois ans avant ma retraite et il n’y avait aucune manière concevable pour moi de prendre ma retraite à 27 ans, âge où j’étais au top de ma forme. J’ai dépensé 100 000 livre sterling aux États-Unis sur des opérations, c’était le montant que j’avais gagné grâce à la boxe, j’ai dû vendre ma voiture, j’ai dû hypothéquer ma maison pour payer les opérations qui n’avaient précédemment pas marché. On m’a fait une injection à l’oeil, c’était une injection de Botox pour affaiblir un muscle orbital afin de remettre mon œil dans une meilleure position… sauf que l’injection a manqué le muscle et a définitivement paralysé un nerf de mon œil gauche.

J’ai donné ma vie pour la boxe et tout ce que j’ai gagné, c’est une dégradation de la vue, pas d’argent, pas de ceintures, pas de titres. J’ai perdu ma carrière, ma passion, mon train de vie, j’ai dû me poser et voir des gens avoir même pas la moitié de mon talent devenir champions du monde et multimillionaires. Je n’exagère même pas. J’avais des tendances suicidaires et un soir, c’était en décembre 2019, si ma femme n’était pas à la maison ce soir-là, j’aurais probablement mis fin à mes jours, car j’étais dos au mur, mais heureusement elle était là. Ma femme m’a littéralement sauvé la vie, c’est devenu un nouveau point de départ et je me suis reconstruit à parti de là.