Résultats – WWE Hell in a Cell – 5 Juin 20228 min de lecture

 

Depuis l’Allstate Arena à Rosemont, Illinois.

Hell in a Cell : dernière étape avant les storylines de l’été 2022.

 

Kickoff 

Dure, l’annonce officielle par la WWE selon laquelle, malgré la blessure de Cody au niveau des pectoraux, son match contre Seth aura quand même lieu ce soir.

 En coulisse, Byron Saxton demande à Ezekiel si ça le dérange que Kevin Owens émette des doutes quant à sa vraie identité. Ezekiel lui répond qu’il ne peut que reconnaitre son caractère bien trempé. Son seul défaut ? Le sous-estimer.

C’est un soir très spécial pour lui car c’est son premier Premium Live Event mais également celui de son « grand frère » pour qui il clame tout son respect.

Ezekiel sait très bien que les fans sont avec lui. Sans plus attendre, le voilà déterminé à en découdre et montrer à Kevin Owens de quel bois il se chauffe.

WWE Hell in a Cell 2022

Championnat féminin de RAW

Bianca Belair (c) contre Asuka contre Becky Lynch

Bianca Belair via pinfall

Du catch classique à triple menace, le match d’ouverture de la soirée ne manque pas d’éléments diverstissants et de bonne facture sur le plan technique, et la foule assure une bonne ambiance. En revanche, un manque évident de fluidité entre les lutteuses refroidit complètement le public, les erreurs d’exécution dont des « nearfalls » peu crédibles auront, pour autant, mis au moins en valeur le niveau in-ring de Becky Lynch.

Vers la toute fin du match, Bianca Belair s’appêtant à appliquer son finisher, Becky Lynch parvient toutefois à la dégager du ring pour éxecuter le Man Handle Slam sur Asuka. Bianca Belair balance Becky Lynch vers les abords du ring pour le tombé sur Asuka et la victoire.

S’ensuivent des images du règne sans partage de Roman Reigns.

En coulisse, Cedric Alexander coupe une discussion entre MVP et Omos pour dire qu’il se dit fin prêt à en découdre avec Bobby Lashley pour lui régler son compte à lui aussi. MVP l’interrompt en doutant de ses capacités de lutteur. Leur stable, le Hurt Business, n’est plus que du passé. Omos somme Cedric Alexander de quitter les lieux sur le champ. Ce dernier s’exécute.

Handicap Match

Bobby Lashley contre Omos (w/ MVP)

Lashley vs omos mvp
Bobby Lashley via soumission

L’ancien champion WWE fait taper MVP au sol via le « Full Nelson ». En somme, un match de catch de qualité plutôt médiocre, à peine digne d’un show hebdomadaire de la compagnie. Le genre de matchs qui se passent de commentaires. Seul point fort ? Bobby Lashley est over [than ever].

S’ensuivent des images autour de la rivalité mêlant la team Judgment Day.

3 contre 3

Liv Morgan, AJ Styles et Finn Balor contre Damian Priest, Edge et Rhea Ripley (Judgment Day)

Edge vs aJ styles
Judgement Day via pinfall

Vers la toute fin du match, Priest porte le Slam sur Finn Balor, mais AJ Styles met fin à cette attaque en effectuant le Phenomenal Forearm sur lui. Edge, toujours aussi over avec le public ; Edge, toujours lui, arrive à repousser AJ Styles vers un coin du ring. Gros spear en vue mais Finn Balor parvient à le renverser en un Roll Up.

Déterminé comme jamais, Finn Balor enchaine, coup sur coup, le Slingblade puis le Drop Kick, montant ensuite sur un coin du ring pour rien car Ripley lui barre la route. Cette dernière se fait taper dessus par Morgan. L’action est rapide. Finalement, Edge claque le spear sur Finn Balor après avoir évité une attaque, le couvrant pour le compte de trois.

En coulisse, Bobby Lashley demande des explications à Alexander qui arrive à l’embobiner.

S’ensuivent des images autour de la rivalité liant Moss à Happy Corbin.

Match simple

Ezekiel contre Kevin Owens

Owens vs Ezekiel
KO via pinfall

Kevin Owens affiche une nette domination sur Ezekiel. Une rivalité encore loin d’être achevée, tout cela au service d’un match plus que correct.

Un match qui a largement sa place à WWE Raw, mais qui sert au moins à enfin donner une victoire à KO. La storyline en cours n’est pas trop mauvaise, mais quand on pense l’affrontement entre le québécois et Austin Theory lors du dernier Wrestlemania, cette victoire n’a tout de suite plus la même odeur.  À propos du match en lui-même, la capacité d’Elias à creuser son nouveau personnage est de mise non sans rappeler l’archétype Bálor et son Démon. Beaucoup d’agressivité de part et d’autre.

Championnat des États-Unis 

Austin Theory (c) contre Mustafa Ali

Austin Theory via pinfall

Vers la toute fin du match, Austin Theory met fin à l’ascension de Mustafa Ali qui s’était élancé sur un coin du ring. C’est au tour de Mustafa Ali de barrer la route à son adversaire alors que ce dernier s’apprêtait à lui infliger un ATL. Austin Theory fait preuve de résistance, rampant jusqu’à attraper une corde pour mettre fin à cette belle séquence. Comme un lion en cage, Austin Theory se déplace à tout berzingue sur le tablier pour finalement se faire cueillir par un DDT. Mais Austin Theory parvient de justesse à esquiver une tentative de 450 splash puis ensuite réussir le ATL pour le compte de trois.

No Holds Barred Match

Madcap Moss contre Happy Corbin

Madcap moss vs corbin
Madcapp Moss via pinfall

Vers la toute fin du match, Moss applique le Slam sur Corbin depuis des marches en acier. Plus loin encore, Moss va jusqu’à placer la tête de Happy Corbin dans une chaise qu’il claque à l’aide des marches en acier pour le compte de trois.  Après le combat, Happy Corbin est ausculté de près puis escorté par des membres du corps médicinal de la WWE.

S’ensuivent des images mettant en scène la rivalité liant Cody à Seth.

Hell in a Cell Match
Cody Rhodes contre Seth Rollins

Rhodes vs Rollins
Cody Rhodes via pinfall

Malgré une déchirure contractée au niveau du muscle pectoral assez visible, l’American Nightmare débarque sur le ring pour couvrir l’ancien membre de la team The Shield après l’avoir frappé à la tête à l’aide d’une masse.

Tout en  ecchymoses et hématomes 

La structure servant de théâtre au seul match HIAC, ressemble plus à un jouet notamment à cause du rouge la recouvrant de toutes parts.  À propos du match, s’il ne fallait retenir qu’une chose, ce serait son côté « psychogique », à proprement dit. L’eccymose apparent au niveau de la pointure de Cody y fait pour beaucoup. Sa douleur a l’air en tout cas réelle.

De façon générale, de bons spots grâce à des tables, une foule en liesse et une belle cage même si Cody abuse encore des Cross Rhodes. Le coup de massue à la fin comme pour cloturer leur trilogie en totale défaveure pour Seth Rollins n’ont pas vraiment rendu service à un Cody diminué. Mais, pour rien au monde, il n’aurait laissé sa place de main-event, chèrement acquis. Ce fut, là, son premier mais son dernier jusqu’à quand.